La société Bénin Terminal a organisé, jeudi 5 juillet dernier à l’Université d’Abomey-
Calavi, une séance d’échanges avec les étudiants de l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (Epac). Ce fut l’occasion pour ces derniers d’en savoir davantage sur les activités de la filiale de Bolloré Ports au Bénin.

La salle Idriss Deby Itno du Campus universitaire d’Abomey-Calavi était subitement devenue trop exiguë pour contenir l’effectif des étudiants de l’Ecole polytechnique venus écouter la délégation de Bénin Terminal. Pour ces étudiants, le jeu en valait bien la chandelle. « Nous avons appris qu’il y a un partenariat entre notre école et la société Bénin Terminal. Cette rencontre est une bonne initiative car elle nous permet de mieux connaître l’entreprise, ses domaines d’activités et de savoir en quoi cela cadre avec les filières que nous avons », souligne Antoine Wotto, étudiant en 1re année Secteur Industriel. « Ce partenariat vient à point nommé car il pourra faciliter notre insertion dans la structure, régler les problèmes de stage et surtout nous orienter sur les réelles demandes des entreprises de cette dimension en lien avec notre formation », poursuit Yasminath Sidi Ali, étudiante en 4e année Génie Informatique et Télécommunications.
Pendant plus de deux heures, des cadres de Bénin Terminal se sont relayés pour expliquer aux étudiants les activités du groupe Bolloré au Bénin en général et particulièrement celles de la société Bénin
Terminal. Ils ont surtout indiqué les niches d’opportunités qui s’offrent à ces étudiants dans la maîtrise des technologies liées à la manutention, de manière à se positionner comme des ressources humaines de qualité, incontournables. « Je vous assure qu’il arrive que nous soyons obligés de recourir à de l’expertise extérieure, surtout quand il faut entrer au cœur des systèmes. Nous avons besoin des étudiants qui s’intéressent aux systèmes que ce soit en mécanique, en électricité ou en électronique », confie Claude Lissanon, ancien pensionnaire de l’Ecole polytechnique universitaire (Cpu), ancêtre de l’Epac, et actuellement directeur technique adjoint de Bénin Terminal.

Partenariat gagnant-gagnant !

Pour Philipe Alexandre, directeur général de Bénin Terminal, l’intérêt de ce partenariat est de rapprocher le monde étudiant et le monde professionnel. « Ce partenariat permet de nous faire connaître, de faire connaître le groupe à travers ses activités dans le monde, et plus particulièrement au Bénin. Il est important que les étudiants béninois sachent l’ensemble des activités que nous faisons. Et nous aussi, on a besoin de savoir ce qu’ils font parce que dans quelques mois, dans quelques années, ils vont être demandeurs d’emplois. On les intéresse, ils nous intéressent », soutient-il.
Clément Ahouannou, directeur adjoint de l’Epac trouve que le partenariat est un bon signe parce qu’il offre aux étudiants la possibilité de confronter les connaissances académiques avec le milieu professionnel. «Bénin Terminal s’occupe de la manutention au port, mais derrière la logistique se dressent d’autres technologies comme l’informatique, l’électronique, l’électricité, la mécanique. L’Epac regroupe toutes ces spécialités, c’est intéressant de pouvoir envoyer nos étudiants dans cette société de manière à les outiller davantage sur les technologies modernes », assure-t-il.
La séance d’échanges s’inscrit dans le cadre du protocole de partenariat que Bénin Terminal a signé, le 7 septembre 2017, avec l’Epac. A travers, cette initiative, le groupe offre aux étudiants des possibilités de stages avec des thèmes de recherches précis, présentant un intérêt pour l’entreprise mais aussi pour l’étudiant. Il s’est engagé à puiser son recrutement dans le vivier de compétences des écoles partenaires et à organiser des sessions de formations ciblées sur des thématiques liées à ses activités. Il est également prévu des visites pédagogiques, des activités scientifiques et culturelles, des activités pédagogiques.

Source : Cyrbine Communication

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1708 fois