Le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané a tenu, ce jeudi 28 juin à Cotonou, une séance de travail avec une délégation de la Banque africaine de développement (Bad) conduite par le représentant pays de l’institution, John E. C. Andrianarisata. Il a été question de deux projets structurants pour le pays, à savoir le projet d’aménagement et de bitumage de routes cotonnières (Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara) et celui de l’assainissement fluvial de la ville de Cotonou.

En attendant une approbation de son conseil d’administration, la Banque africaine de développement (Bad) est prête à financer deux projets structurants au Bénin. Le premier concerne le financement du projet d’aménagement et de bitumage de routes cotonnières (Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara), et le second, l’assainissement fluvial de la ville de Cotonou. Une mission de l’institution de développement panafricaine conduite par le représentant pays, John E. C. Andrianarisata, est allée faire le point au ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané.
Pour le représentant pays de la Bad, la séance de travail avec le ministre d’Etat a été une occasion pour s’entendre sur le chronogramme pour que la mise en œuvre du premier projet se fasse dans un bref délai. Il s’agit, selon lui, de vite faire pour terminer la mise en place des documents à approuver par le Conseil d’administration de la Bad au plus tard à la fin de cette année pour que les travaux de la route démarrent dès le début de l’année 2019.
Le coût total de ce projet avec les travaux connexes, selon le représentant pays, est de 125 milliards de francs Cfa.
Pour le projet d’assainissement fluvial devant sortir la ville de Cotonou de l’eau, le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané, a souligné que c’est un projet déjà connu de beaucoup. Car, d’autres partenaires comme la Banque ouest-africaine de développement (Boad), la Banque européenne d’investissement et la Banque mondiale ont déjà donné leur accord pour son financement. La Bad, selon lui, est venue faire son évaluation sur ce projet dont les négociations sont en cours de finition.
Pour ce qui concerne le projet d’aménagement et de bitumage de routes cotonnières (Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara), Abdoulaye Bio Tchané espère que la mission a mesuré la sensibilité du problème à résoudre et l’urgence de la mise en œuvre de ce projet. Car, il représente un tremplin avec un fort effet d’entraînement sur l’économie de cette région non seulement productrice de coton, première culture de rente du Bénin, mais également productrice de maïs.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1535 fois