Sur 181 234 personnes attendues dans la commune de Nikki, 150 431 ont déjà sacrifié à la formalité du Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), à la date du lundi 16 avril dernier. Ce qui fait un taux de 83 %.

C’est ce qui ressort de la descente effectuée sur le terrain par le maire Oumarou Lafia Boubakari, pour apprécier le niveau d’évolution de cette opération.
En effet, suite aux plaintes de ses administrés qui n’ont pas encore reçu les agents chargés de leur enrôlement, l’édile de Nikki s’est rendu, mardi 17 avril dernier, dans les arrondissements de Nikki centre et de Ouénou. C’est pour s’assurer du déroulement de l’opération qui aborde son dernier virage. L’occasion lui a également permis d’apporter des approches de solutions aux dysfonctionnements relevés.
« Sur le terrain, nombreuses sont les populations qui n’ont pas encore été recensées. Il y a des villages dans lesquels les équipes ne se sont pas encore rendues », a fait remarquer le maire. « Dans l’arrondissement central où il y a des problèmes qui se posent, il faudra renforcer l’effectif des opérateurs kits. Il y a encore un grand monde qui attend », a-t-il poursuivi. « Nous avons tenu une séance de travail avec les opérateurs kits qui s’inquiètent par rapport au respect du délai », a également déclaré Oumarou Lafia Boubakari.
Décidé à voir les 100 % de ses administrés recensés, le maire a loué les efforts fournis jusqu’ici par les opérateurs kits et a ensuite invité les retardataires à ne plus traîner les pas.
Encore quelques jours, et l’opération d’identification massive de la population commencée le 1er novembre 2017 pour une durée de six mois, prendra fin?

Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1517 fois