Dans son ambition de faire du Bénin la plateforme des services numériques de l’Afrique de l’Ouest, le gouvernement a lancé, en novembre 2016, le projet de couverture des zones blanches en téléphonie mobile pour offrir un accès aux services de téléphonie et d’internet mobile haut débit à plus de 500 000 personnes dans 234 localités/villages. Moins de deux ans après, ce projet conduit par l’Agence Béninoise du Service Universel des Communications électroniques et de la Poste (Absu-Cep), donne des résultats avec 95 000 personnes sorties de l’exclusion numérique et l’accès à la connexion internet, à la téléphonie et aux services postaux de base.

En moins de deux ans après la mise en œuvre du projet de couverture des zones blanches en téléphonie mobile, le gouvernement à travers le ministère de l’Economie numérique et de la Communication a déjà réussi à sortir de l’exclusion numérique 95 000 personnes d’une quarantaine de localités et à fournir l’accès à l’internet, à la téléphonie mobile et aux services postaux de base aux populations concernées.
Sur le plan de la couverture des zones dites blanches, les activités menées par l’Agence Béninoise du Service Universel des Communications électroniques et de la Poste (Absu-Cep) ont permis de réduire les difficultés de communications des populations résidantes. Par un investissement de plus de 2,5 milliards de F Cfa, la première phase du projet réalisée en partenariat avec l’opérateur Mtn-Bénin a permis la construction de 34 sites mobiles pour la couverture d’une quarantaine de localités en déficit d’accès dans les communes de Dassa-Zoumè, Glazoué, Bantè, Savalou, Djidja, Tchaourou et Ouèssè.
Selon le directeur général de l’Absu-Cep, Emile Kougbadi, ce projet vise à subventionner les opérateurs de téléphonie à étendre leurs réseaux afin de couvrir progressivement les zones non encore desservies et à permettre un accès effectif des populations de ces localités aux services de voix (appels nationaux et internationaux), de données (Sms, internet) et aux services à valeurs ajoutées. Ainsi, précise-t-il, la construction de 34 sites relais électromagnétiques destinés à couvrir environ une quarantaine de villages/localités dans les communes de Tchaourou, Ouèssè, Glazoué, Dassa-Zoumé, Savalou, Bantè et Djidja a permis de desservir environ 95 000 personnes, pour la première phase de ce projet.
Si ces infrastructures ont permis aux populations de ces localités de s’ouvrir au reste du monde, elles ne manquent pas de favoriser également l’émergence d’une économie locale tournée vers le numérique conformément à la vision du gouvernement. « Aujourd’hui, l’on rencontre dans ces zones des points de vente de crédit de communication, des points de vente de téléphones portables, des ateliers de réparation de portables, des points de transfert d’argent par le mobile, etc. En un mot, des centaines d’emplois sont ainsi créés », souligne Emile Kougbadi à l’actif du gouvernement du Nouveau départ.
En termes de retombées d’ordre technique, « l’analyse du rapport de suivi du 1er trimestre d’exploitation, couvrant les mois de septembre à novembre 2017, révèle que 3064 puces ont été vendues sur la période sous revue sur l’ensemble des 34 sites. Les revenus générés par l’utilisation des services mobiles sur l’ensemble des sites par les populations locales est de 118,063 millions FCFA sur les trois mois d’exploitation avec une bonne qualité des trafics. Le taux mensuel moyen d’établissement d’appels est de 99,47% contre un taux moyen de coupure des appels de 0,49% ».

Autres réalisations

S’agissant du service universel postal, le gouvernement à travers l’Absu-Cep a mis en œuvre, le projet de centres communautaires d’accès aux Technologies de l’Information et de la Communication (Tic). Ce projet a consisté d’une part en la réhabilitation de quatre agences postales dans les communes de Azovè, Glazoué, Malanville et Ouaké, et d’autre part, en la dotation de ces agences en équipements (ordinateurs, plaque solaire, connexion internet par Vsat,…), en vue d’offrir des opportunités de services financiers et postaux basés sur les Tic. L’objectif spécifique visé par ce projet est d’offrir des services d’internet, multimédia et d’e-Gouv aux populations des localités choisies tout en les initiant à l’utilisation des Tic.
De même, le projet relatif à la mise en place d’une plate-forme pour la gestion des courriers hybrides en faveur des Grands comptes (Grands clients) de La Poste du Bénin (Lpb) SA, a-t-il été conçu et exécuté. Il permet de renforcer la capacité de cette structure dans la gestion des courriers de ses clients que constituent les banques, les compagnies d’assurance, la Sbee, la Soneb. Ce projet a fait l’objet d’un accord de partenariat entre l’Absu-Cep et l’entreprise marocaine Gemadec. Le bâtiment qui abrite la plate-forme se situe au niveau du Centre du Tri postal de la Poste du Bénin SA, dans la zone de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou.
Dans le souci de permettre l’accès internet collectif aux populations, le gouvernement du Nouveau départ a mis en place dans chaque chef-lieu des communes de notre pays un point d’accès internet collectif. Ce sont les communes d’Agbangnizoun, de N’Dali et de Ouessè qui ont accueilli la phase pilote de cette action. Cette phase pilote destinée à tester le dispositif du service universel. En termes de contenu, elle prend en compte le développement des applications à valeur ajoutée dans trois secteurs. Ainsi, désormais, dans chacune de ces localités, les populations sont en mesure d’effectuer des formations en informatique, de faire la saisie, de procéder au scannage et au tirage de leurs documents et surtout d’effectuer des recherches sur l’internet grâce à la connexion internet. Ces centres multimédias bénéficient d’une alimentation en énergie solaire, convient-il d'ajouter.
Par ailleurs, le secteur éducatif n’est pas du reste. Ainsi, la généralisation des Technologies de l’Information et de la Communication (Tic) dans le système éducatif national a consisté à doter de bibliothèques numériques le collège d’enseignement général de Gbéto dans la commune de Zè dans l’Atlantique, le Village d’Enfants Sos de Dassa-Zoumé dans Collines et le collège d’enseignement général 1 de Bembèrèkè dans le Borgou. Une subvention à hauteur de 85% de 1000 kits de connexion composés d’un ordinateur et d’une clé de connexion internet pendant un an au profit des étudiants, élèves et inspecteurs de l’enseignement secondaire, la mise à disposition en partenariat avec la Fondation MTN de 1000 ordinateurs supplémentaires pour l’installation de salles numériques multimédias au profit des collèges d’enseignements généraux et d’écoles primaires publiques, la subvention de l’accès à internet haut débit pour cinq campus (Dassa, Savalou, Savè, Lokossa et Kétou) constituent le reste de ce projet TICE. Par ailleurs, elle a permis de doter les étudiants et enseignants des campus de Lokossa, Dassa- Zoumé, Savè, Djougou, Savalou et Kétou de point d’accès collectif Wifi.
Comme perspectives, l’agence poursuivra les efforts à travers la 2e phase du projet qui vise à couvrir environ 120 localités dans les communes de Dassa-Zoumè, Glazoué, Bantè, Savalou, Djidja, Tchaourou et Ouèssè identifiées comme zone en déficit d’accès, appelée zone blanche. Sans oublier la généralisation de l’usage de haut débit à travers la mise en place de points numériques communautaires (points d’accès publics à internet), l’installation des salles multimédias connectés à internet et autonomes en énergie électrique dans les établissements d’enseignements primaire et secondaire et le développement des services numériques via le réseau postal. Ceci pour atteindre l’objectif d’offrir un accès aux services de téléphonie et d’internet mobile haut débit à plus de 500 000 personnes dans 234 localités/villages à l’horizon 2021.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1121 fois