La salle des actes de l’Université d’Abomey-Calavi a abrité, ce lundi 26 février, une cérémonie de don de livres au profit de la bibliothèque. Ce geste est l’œuvre commune de la Fondation Etisalat Bénin et de la Jeune chambre internationale Etincelle de l’Université.

La formation des ressources humaines de qualité nécessite la disponibilité de la documentation. Conscients de cela, la Fondation Etisalat Bénin et la Jeune chambre internationale Etincelle ont volé au secours de l’Université d’Abomey-Calavi à travers la dotation de 149 livres dans diverses filières de formation pour un coût global de 3 millions de F Cfa.

Appréciant le geste, le professeur Maxime da Cruz, recteur de l’Université d’Abomey-
Calavi, a salué la démarche la Fondation Etisalat et de la Jeune chambre internationale Etincelle. La documentation, fait savoir le recteur de l’Uac, est « un intrant essentiel dans tout processus de formation des ressources humaines de qualité ». Au nom de la bibliothèque et de toute la communauté universitaire, il a promis qu’un bon usage sera fait des ouvrages offerts.
Pour sa part, Gildas Sèhlin, président de Jci Bénin 2018, explique que ce don de livres s’inscrit dans le cadre du projet « Libérons le savoir » initié par la Jci Université Abomey-Calavi Etincelle. Grâce à ce projet, la Jci Bénin offre 149 ouvrages scientifiques actualisés. Les ouvrages offerts concernent les sciences de l’éducation, les médias, le journalisme, la géographie, la sociologie, le management et la comptabilité, les sciences physiques. Il évoque les valeurs qui sous-tendent les activités de l’organisation, à savoir la foi en Dieu, la fraternité humaine, la justice sociale, la liberté d’entreprendre, l’importance de la personne humaine et le service à la communauté. En ce qui concerne l’indentification du besoin de l’Uac en livres, il précise que l’outil ayant permis de le faire est le ‘’cadre Jci du citoyen actif’’. Cet outil prône une approche participative à travers des enquêtes, des solutions et l’association avec des partenaires pour régler les problèmes de la communauté.
Pour le compte de la fondation Etisalat Bénin qui a financé l’acquisition du lot de livres, Mohammed
Morakkam, directeur financier, confirme que la sélection des livres a tenu compte des besoins et des priorités de la bibliothèque de l’Uac. Pour lui, l’université constitue l’antichambre de la vie professionnelle. Pour ce faire, il estime que « la formation universitaire soit de qualité ». « Les livres sont la sève vivante des êtres immortels », dira-t-il en rapportant les propos de Virginia Woolf.
Après la phase des allocutions, il a été procédé à la remise symbolique des ouvrages au recteur Maxime da Cruz.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1152 fois