×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 821

Les jeunes du Bénin ont célébré, ce mercredi 14 février, la fête de la Saint Valentin. Le rouge semble avoir dominé dans les rues par endroits à Cotonou. Mais les commerçants des articles en guise de cadeaux pour les amoureux se plaignent de mévente.

14 février, le jour J tant espéré par les couples et les amoureux pour faire parler leurs sentiments est passé comme sous silence, ce mercredi 14 février à Cotonou. C’est du moins ce que l’on peut retenir après avoir interrogé certains citoyens, et sillonné quelques lieux hautement visités à l’occasion, dont les boutiques de vente de tissus, les parfumeries, l’enceinte du Centre de promotion de l’artisanat consacré à la foire, etc. Malgré la dominance et la visibilité du rouge, symbole de l’amour, dans les rues à cette occasion, les amoureux ne se sont pas manifestés outre mesure. « Je me demande si réellement la Saint Valentin est célébrée aujourd’hui, parce que rien n’a changé par rapport aux jours ordinaires », indique Prisca Sagbo, revendeuse dans une boutique située non loin du marché St Michel. Rencontrée dans l’après-midi d’hier, celle-ci se plaint de la rareté des clients, en dépit des prix bas fixés pour ses articles. « Je vends mes objets à partir de 2000 F et pourtant deux, parmi les cinq clients que j’ai reçus depuis le matin ont trouvé que le prix est élevé », ajoute-t-elle. 

Les propos d’un agent commercial officiant dans une boutique de vente de tissus à Ganhi, ne diffèrent pas de ceux de dame Sagbo, même si le nombre de clients dans ce cas a augmenté à ce niveau.
Pour Léocadie Lawson, les locaux de son lieu de travail ont enregistré une cinquantaine de clients depuis ce matin. « D’habitude, plusieurs semaines avant le jour-J, on observe une masse de clients. Et ceux qu’on a reçus aujourd’hui, n’ont fait qu’acheter deux ou trois yards de tissus, malgré que ce soit des nouveautés », fait-elle savoir. D’autres commerciaux rencontrés hors de ce cadre, visiblement mécontents de leur mévente, n’ont pas daigné répondre à nos questions.
L’enceinte du Centre de promotion de l’artisanat (Cpa), également visité n’a pas connu d’affluence pour l’achat des objets d’art.
Au nombre des Cotonois ayant choisi de marquer ce jour dans le cœur de l’être aimé en offrant des cadeaux, figure Landry Gaye. Aperçu dans le magasin de vente de tissu, il déclare fièrement avoir choisi de prendre un pagne pour son épouse. Comme lui, une femme ayant requis l’anonymat a fait comprendre qu’elle ne saurait priver son conjoint d’un présent ce jour. « Je suis une femme mariée, je ne vais pas fêter comme tout le monde. Donc j’ai acheté un tissu et un bouquet de fleur pour faire plaisir à mon mari, et lui prouver que je l’aime et que je serai toujours présente à ses côtés », a-t-elle affirmé.
Francelle Fandy, une jeune fille vêtue d’une robe rouge croisée non loin de l’église St Michel, dit préférer un dîner en tête-à-tête avec son conjoint le soir du 14 février. Car, définit-elle, « J’ai envoyé un message à mon chéri ce matin. Ce soir, nous allons dîner ensemble ; s’il m’apporte un cadeau j’accepterai volontiers ; sinon, ce n’est pas grave »?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2515 fois