La Chine vient de marquer encore un point sur le tableau de ses réalisations au Bénin. Samedi 3 février dernier, Mingsheng Diao, ambassadeur de la Chine près le Bénin, a remis au ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, les clés de l’école de l’amitié sino-béninoise à Grand-Popo.

C’est sur le domaine de l’Ecole primaire publique Ewé Condji de Grand-Popo que se situe l’école de l’Amitié sino-béninoise construite par la République populaire de Chine à travers son ambassade au Bénin soutenue par la société Huawei pour l’équipement informatique.
Lors de la cérémonie de remise de clés, le maire de Grand-Popo, Anani Hlondji, s’est félicité du choix porté sur sa commune pour abriter une telle école. Selon lui, elle répond aux attentes des populations et vient combler un vide. Notamment, elle règle le problème de l’orientation des jeunes vers les métiers d’avenir. Grâce à cette école, note-t-il, les enfants sont à l’abri de la délinquance et ne seront plus obligés d’aller loin avant de découvrir les technologies de l’information et de la communication. Il s’engage, au nom de ses administrés, à contribuer à son entretien et à son rayonnement.
Pour sa part, Mingsheng Diao, ambassadeur de la République populaire de Chine près le Bénin, précise qu’il s’agit d’une école d’excellence. En effet, l’école composée de quatre modules est construite en matériaux modernes et équipée en matériel informatique aussi bien pour les apprenants que pour les enseignants. « C’est le fruit des relations d’amitié entre le Bénin et la Chine », assure-t-il ajoutant qu’il entend renforcer ces relations entre les deux pays. L’ambassade envisage de travailler avec cette école, fait-il savoir.
Accompagné des ministres Marie-Odile Attanasso de l’Enseignement supérieur et de Recherche scientifique, et Mahougnon Kakpo des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Aurélien Agbénonci, des Affaires étrangères et de la Coopération, note que l’initiative est positive. Car, explique-t-il, la priorité des priorités, c’est l’école. Selon lui, les plus grandes difficultés du pays ont rapport à l’éducation. « Une mauvaise formation donne de mauvais citoyens. Une absence de formation donne des citoyens qui ne peuvent être utiles à leur pays », souligne Aurélien Agbénonci pour mettre en relief l’importance de l’école dans la vie d’un pays. Ainsi, il perçoit que le geste de l’ambassade de Chine rejoint la vision du gouvernement, notamment sa volonté de redressement par l’éducation. Il invite les populations à prendre soin de cette école gracieusement mise à leur disposition par l’ambassade de Chine et équipée par la société chinoise Huawei qui a, selon lui, fait preuve de responsabilité sociétale.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2107 fois