Dans son élan de solidarité, le corps diplomatique accrédité au Bénin s’est porté au chevet des enfants de l’orphelinat de Grand-Popo, ce samedi 3 février. Des vivres et des fournitures scolaires ont été offerts aux pensionnaires.

Contribuer au bien-être des enfants vulnérables. C’est l’objectif visé à travers le don fait par l’ensemble du corps diplomatique accrédité au Bénin en volant au secours de l’orphelinat de Grand-Popo créé par l’association Meilleurs cœurs solidaires.
Sandi Sahadi Abdou, ambassadrice du Niger près le Bénin et doyenne du corps diplomatique, précise que le lot de matériels apportés aux pensionnaires du centre se compose de six matelas plus six moustiquaires (à livrer dans quelques jours), dix bidons d’huile de 10 litres chacun, onze sacs de riz de 50 kg, dix casiers de boisson sucrée, trois rouleaux de kaki de 27m chacun, un lot de savons de douche, un lot de savon de lessive et un lot de fournitures scolaires, des ballons. A cela, il faut ajouter deux chèques de montants respectifs de 378 000 F Cfa pour les frais de scolarité, et 73 000 F Cfa dont 50 000 F Cfa pour l’achat de deux disjoncteurs pour faire fonctionner le moulin à grain électrique, et 23 000 F CFA pour réparer le moulin à légume. « Cela permettra au centre de se faire de l’argent en moulant du grain pour les habitants de Grand-Popo », souligne la doyenne du corps diplomatique.
Au nom des enfants bénéficiaires, Merveille Afanou, écolière en classe de Ce 2, remercie les hôtes pour leur geste de générosité. Ce don a remis la joie dans leurs cœurs, témoigne-t-elle.
Ayant ouvert ses portes le 3 janvier 2016, l’orphelinat de Grand-Popo, selon Idriss Moussa, président de l’association Meilleurs coeurs solidaires et directeur du centre, a pour missions d’assurer la protection des orphelins et enfants vulnérables, leur garantir les besoins essentiels et œuvrer pour leur instruction et leur formation, les éduquer dans un climat familial et épanoui. A ce jour, il compte vingt-huit enfants de 5 à 15 ans dont dix-sept garçons et onze filles. « Tous vont à l’école et quatre sont au collège de Grand-Popo et vingt-quatre à l’école primaire », fait-il savoir. Quant au mode d’intégration à l’orphelinat, il précise qu’ils viennent par le biais du Centre social de la commune. Leur prise en charge est assurée par quatre adultes dont deux éducatrices, une cuisinière et le directeur. Cet orphelinat installé sur un domaine octroyé par la mairie de Grand-Popo fonctionne sur ses propres moyens et quelques aides passagères, dévoile-t-il.
Saisissant l’occasion, Idriss Moussa indique que les besoins sont énormes ; en témoignent les difficultés pour faire face à certaines charges dont l’eau et l’électricité, le repas et autres.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2007 fois