La prison civile de Kandi a connu une ambiance tendue, vendredi 2 février dernier, en début de soirée. A la base de cette agitation hors du commun, certains de ses détenus au nombre de 300 ont refusé de rejoindre leurs cellules. Ils réclamaient l’installation d’un poste téléviseur avec abonnement Canal + dans la cour de la prison. Dans leurs revendications, ils exigent également l’amélioration de leurs conditions d’incarcération. Mais plus de peur que de mal, le calme est revenu.

En l’absence du préfet du département de l’Alibori, c’est le maire de Kandi, Alidou Démolé Moko qui a proposé ses bons offices. Profitant de sa présence, les détenus l’ont sollicité afin qu’ils les aident à être également pris en compte par le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip). Rassurés par le maire, ils ont finalement regagné leurs cellules.

Le reste de la nuit s’est passé sans incidents. Et ce samedi 3 février, depuis l’aube, il n’y a rien à signaler d’anormal. Les usagers de cette maison d’arrêt vaquent déjà à leurs activités quotidiennes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1976 fois