×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 821

Le nonce apostolique au Bénin et au Togo, Mgr Brian Udaigwe, a ouvert les assises de l’assemblée des parties prenantes du programme « Accompagnement de proximité personnalisé-Développement institutionnel et renforcement organisationnel (A2p-Diro », ce mercredi 31 janvier à Cotonou. La rencontre vise à renforcer les capacités des associations Caritas de l’Afrique francophone et de l’Océan indien.

Les évêques-présidents des associations Caritas de l’Afrique francophone et de l’Océan indien, ainsi que la soixantaine de participants attendus par Caritas Bénin dans le cadre de l’assemblée des parties prenantes du programme « Accompagnement de proximité personnalisé - Développement institutionnel et renforcement organisationnel (A2p-Diro) », sont à Cotonou depuis hier. Ils ont été accueillis par leurs homologues du Bénin dont le président de l’association Caritas Bénin, Monseigneur Aristide Gonsallo.
Ce dernier, à travers son allocution de bienvenue, a fait part de l’honneur pour le Bénin d’abriter ces assises dont les retombées seront autant favorables au bien-être des bénéficiaires des œuvres de charité de l’Eglise catholique qu’à l’amélioration de la visibilité des Caritas passant par leur structuration et leur rigueur.
« Dynamiser les sociétés civiles d’Afrique francophone et de l’Océan indien via le développement des associations Caritas », tel est le thème qui réunira jusqu’au 2 février prochain les représentants de quatorze associations Caritas engagées dans le programme A2p-Diro. L’objectif de ce programme est de « mettre l’homme debout », a indiqué Mgr Mathieu Madega, venu du Gabon pour le compte du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam).
Mgr Nicodème Barrigah, président de l’Organisation de la charité pour un développement intégral (Ocdi) Caritas Togo, abonde dans le même sens que Mgr Mathieu Madega. « L’enjeu, c’est que la Caritas en Afrique puisse devenir beaucoup plus opérante, c’est-à-dire que ce soit l’Eglise elle-même qui motive dès la base tous les fidèles à prendre en charge les pauvres, pour que ce ne soit pas seulement quelques agences qui viennent développer des projets qui ne sont peut-être pas les plus pertinents pour nous », détaille-t-il. « C’est à nous d’identifier les besoins que nous avons et de renforcer les capacités de ceux que nous utilisons au niveau de la Caritas pour qu’ils soient aptes à présenter des projets qui puissent être financés, exécutés ; et que ce soit des projets dont on peut rendre compte, afin que les Caritas sortent un peu de l’informel, soient plus dynamiques et se positionnent en ayant des activités qui sont beaucoup plus en conformité avec les lois de la gestion de ces structures », a ajouté Mgr Nicodème Barrigah.
Représentant du pape François, le nonce apostolique au Bénin et au Togo, Brian Udaigwe, a prononcé le discours d’ouverture des échanges. Il a remercié le Secours catholique Caritas France (Sccf), représenté à la cérémonie d’ouverture par Bernard Thibaud ; et l’Agence française de développement, pour l’accompagnement technique et financier qu’ils renouvellent à l’égard des Caritas basées en Afrique. Rappelant que les activités de l’assemblée sont d’une grande importance pour la réussite de la troisième phase du programme Diro, il a invité les participants à accorder une attention particulière à cette rencontre du donner et du recevoir. « L’expérience du Diro en cours induit déjà une dynamique des Caritas qui permet à l’Eglise de s’affirmer davantage dans nos pays par des propositions visant à soulager les souffrances des plus nécessiteux, de défendre la cause des immigrés, des déplacés, des victimes de catastrophes et d’injustice. Si grâce au programme Diro et au leadership actif des évêques-présidents, nos Caritas peuvent se structurer et affermir en dynamisme qui les positionnent au premier rang des organisations de la société civile, elles dynamiseront implicitement l’ensemble de nouveaux dicastères du service de développement humain intégral », a affirmé le nonce apostolique.
Signalons que ces assises étaient prévues pour avoir lieu au Togo, en novembre dernier. Mais suite à l’instabilité socio-politique qui y règne depuis plusieurs mois, cela n’a pu être effectif.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2170 fois