Le Plan national de mise en œuvre (Pnm) de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants a été au centre d’un atelier d’information qui s’est déroulé, ce jeudi 25 janvier à Cotonou. Le consultant Dr Nourou Dine Liady et le point focal de la Convention de Stockholm, Bertin Bossou, ont dévoilé, à l’occasion de cette rencontre de vulgarisation, la quintessence du Pnm actualisé.

Vulgariser le Plan national de mise en œuvre (Pnm) de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (pops) actualisé, c’est l’objectif que vise l’atelier d’information qui s’est déroulé hier à Cotonou.
La Convention de Stockholm a été ratifiée par le Bénin en 2007. C’est en vue d’exprimer la volonté politique de la mettre en œuvre, que le Bénin a élaboré en 2007 son premier plan national lié à ladite convention. Au moment de sa mise en œuvre, explique le consultant Dr Nourou Dine Liady, qui a travaillé sur son actualisation, neuf polluants avaient été pris en compte. Mais il est remarquable que de 2009 à ce jour, de nouveaux pops sont apparus, d’où la pertinence de l’actualisation de ce plan pour tenir compte des nouveaux éléments.
Le processus qui a conduit à l’organisation de l’atelier aura duré plus d’un an, précise Dr Nourou Dine Liady, précisant qu’il y a eu, entre autres, la réalisation d’un ensemble d’inventaires faits dans les différents secteurs qui manipulent les pops, notamment l’agriculture, les transports, la santé, les équipements électriques ou électroniques. Le diagnostic réalisé a permis de faire l’inventaire des pops, ceux des cadres juridique et réglementaire réévalués, afin de faire ressortir les faiblesses. Il a été également procédé au classement des priorités par rapport aux problèmes relevés. Le ministère du Cadre de vie et du Développement durable a jugé utile d’informer les populations sur les dispositions qu’il prend dans le cadre du respect de ses engagements, conformément à son plan national sur la convention de Stockholm. Cette convention vise à protéger l’environnement et la santé humaine.
L’intérêt pour le Bénin, explique-t-il, est de tenir compte de ce qui a été retenu au plan mondial pour assurer cette protection. Pour éviter les problèmes liés à la fertilité, au développement du fœtus et autres qu’engendrent les pops, il importe d’informer les populations sur les alternatives possibles pour éviter ces problèmes.
L’importance pour le Bénin de ratifier cette convention relève de son souci de protéger ses populations et son environnement. Cela oblige à s’intéresser à tout le cycle de vie des produits qui contiennent ou véhiculent des Pops.
Pour Bertin Bossou, point focal de la convention de Stockholm, le plan qui impacte tous les secteurs de la vie avait besoin d’être porté à la connaissance des populations. Lesdits secteurs doivent mettre en œuvre les activités du plan en concertation avec les autorités du ministère du Cadre de vie, relève le point focal.
Les polluants organiques persistants sont des produits ou substances chimiques nuisibles à la santé et à l’environnement qui mettent du temps à se dégrader.
Maurille Elégbédé et Sandra Gonou, des cadres du ministère ont développé des thèmes liés à la problématique de la gestion des polluants organiques persistants.
Les conventions de Bale, de Rotterdam et de Minamata et de Bamako relatifs aux produits chimiques ont également été abordées lors de l’atelier.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1607 fois