Les journées portes-ouvertes sur le Foyer Don Bosco encore baptisées « Semaine Don Bosco » ont démarré, ce mercredi 24 janvier, et s’étendent jusqu’au 31 janvier prochain. Les manifestations ont été lancées par un carnaval des enfants pensionnaires de ce centre, à travers la ville de Porto-Novo pour sensibiliser toute la population à protéger et promouvoir les droits des mineurs.

C’est parti pour une semaine d’activités au Foyer Don Bosco à Porto-Novo sur le thème : « Don Bosco et la protection des mineurs ». Elle s’inscrit dans le cadre des journées portes ouvertes organisées par les responsables du foyer pour faire découvrir les réalités et les offres du centre engagé dans la prise en charge des enfants en situation de grande vulnérabilité. Le coup d’envoi des manifestations a été donné, ce mercredi 24 janvier, par le père Aurélien Juvencio Ahouangbè, directeur exécutif de l’Association du Foyer Don Bosco (Afdb). C’est à travers un carnaval des enfants dans la ville de Porto-Novo.
Les carnavaliers sont partis du siège national du Foyer Don Bosco à Tokpota et ont échoué à leur point de départ en passant par des artères stratégiques de la capitale et la route Porto-Novo - Pobè. Ils scandaient des slogans et chantaient des chansons en faveur de la promotion des droits de l’enfant.
Pour mieux accrocher la population, ils s’étaient munis de pancartes et de banderoles sur lesquelles sont écrits des messages forts invitant toute la population à la protection, la défense et la promotion des droits des mineurs. On pouvait lire des messages  comme : « Je suis enfant. J’ai des droits » ; « L’école me forme pour l’avenir » ; « Non à l’exploitation des enfants » ; « Non à la maltraitance des enfants » ; « La loi interdit le travail des enfants de moins de 14 ans » et « Adulte, respecte mes droits ». Des messages pleins de sens qui appellent les uns et les autres à prendre conscience de ce que les enfants sont des êtres en devenir qui ont des besoins fondamentaux d’amour, d’éducation, de sécurité, d’appartenance, de distraction et qu’il faut promouvoir pour faire d’eux des acteurs utiles au développement de la société.
« Par des mécanismes de dénonciation et à travers les points d’écoute et de prise en charge de l’Association Foyer Don Bosco à Cotonou, Sèmè-Kraké, Porto-Novo, Sakété, Parakou et Kandi vous nous avez relatés vos situations diverses de non-respect de vos droits. Vous nous avez demandé de relayer vos voix d’enfants qui ne portent pas, qui ne peuvent pas être écoutées facilement dans les familles et dans la société, pour que vos droits soient de plus en plus respectés et que vous bénéficiez d’une vraie et juste protection », souligne le père Aurélien Juvencio Ahouangbè. Il précise que le Foyer Don Bosco qui est une structure d’éducation et de protection des mineurs, a organisé ce carnaval dans le cadre ses journées portes ouvertes, pour donner la possibilité aux enfants pensionnaires du centre de s’exprimer sur le respect de leurs droits.

Pour sa part, l’association réitère, par la voie de son directeur exécutif, son engagement à participer activement à la protection des enfants contre toutes formes d’abus et d’exploitations, de les aider dans leur mécanisme d’autoprotection. « Partout où il y a des enfants, il faut développer une vie harmonieuse autour d’eux. Cette harmonie va leur donner la sécurité nécessaire pour construire leurs vies », conseille le père Aurélien Juvencio Ahouangbè. Le directeur exécutif de l’Afdb invite tous les acteurs de protection à tous les niveaux, les partenaires traditionnels et potentiels du foyer et toute la population béninoise à participer aux manifestations de la « Semaine Don Bosco » pour connaître davantage le centre, notamment son fonctionnement et ses perspectives afin de lui venir en appui dans l’éducation, la formation, la prise en charge et la réintégration socio-familiale réussie de ses pensionnaires. Lesquels sont composés des enfants âgés de 9 à 16 ans, notamment les enfants de la rue ; les enfants victimes de traite nationale ou internationale, de travail précoce et /ou de trafic ; les enfants accusés de sorciers ; les enfants en conflit avec la loi, victimes ou témoins ; les enfants victimes de violence et de négligencen

Évaluer cet élément
(11 Votes)
Lu 2112 fois