A travers une déclaration faite ce samedi, Alassane Séïdou, ministre de la Santé, a officiellement reconnu que le Bénin est en épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa. Tablant sur des cas suspects et sur des résultats de prélèvements sanguins faits sur des patients et confirmés aussi bien au Bénin que par le laboratoire de référence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Nigeria, il a certifié ce qui était depuis peu ébruité.

Il a annoncé au cours de sa déclaration de presse que le pays a enregistré de nombreux cas de fièvre hémorragique à virus Lassa dont quatre décès depuis le premier cas admis le lundi 8 janvier dernier à l’hôpital de zone Saint Jean de Dieu de Tanguiéta, après avoir été référé du centre de santé de la commune de Boukombé.

Il a indiqué par ailleurs que tous les patients décédés sont de nationalité béninoise résidant au Nigeria mais rentrés dans leur village à Boukombé et à Toucountouna à la suite de leur état de santé dégradant.

Face à la situation sanitaire, le ministre a confié que la surveillance épidémiologique a été renforcée et que des équipes d’intervention rapide sont sur le terrain pour la sensibilisation des populations et des guérisseurs traditionnels en particulier chez qui échouent souvent les malades au lieu de prendre la voie des centres de santé pour une prise en charge des plus diligentes.

Il présente les condoléances de la Nation aux familles des victimes et rassure toute la population des mesures de santé publique susceptibles de faire face à l’épidémie.

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2866 fois