Les activités pédagogiques n’ont pas suivi leur cours normal dans la journée de ce jeudi 11 janvier, dans certains collèges des communes de Lokossa et d’Athiémé du fait des syndicalistes. Ces derniers ont fait irruption dans des établissements et ont fait sortir les apprenants des salles, alors que ces derniers étaient en activité pédagogique. Ce fut le cas, notamment, au collège d’enseignement général (Ceg) d’Athiémé et au Ceg 1 de Lokossa.

Les meneurs de ce mouvement n’ont pas connu le même succès pour l’ensemble des établissements du secondaire. Au Ceg 2 et au Ceg Agamè, à Lokossa, par exemple, les responsables des établissements ont refusé de se laisser faire et les cours se sont déroulés sans perturbation.
Comme on peut l’imaginer, la situation a semé une grande confusion entre les acteurs du système éducatif. Elle a davantage embarrassé les autorités qui ont pris langue avec les protagonistes à savoir Thomas Sodji, François Pohouégbé et autres en vue de trouver une issue. Ces derniers justifient leur mouvement par le non-paiement des honoraires au titre du mois de décembre 2017, aux enseignants vacataires. Aux dernières nouvelles le paiement devrait démarrer le lundi 15 janvier prochain.
Déjà, une autre grève générale est annoncée pour compter du mardi 16 janvier 2018. Et si rien n’est fait, à en croire les syndicalistes, celle-ci risque de paralyser les activités dans presque tous les secteurs de l’administration publique à l’échelle nationale.

Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1828 fois