Le directeur de l’Ecole normale supérieure (Ens) de Porto-Novo, Germain Gonzallo, a ouvert, ce lundi 8 janvier, un séminaire national sur les pratiques enseignantes. C’est une initiative du Secrétariat technique permanent du Plan décennal de développement du secteur de l’éducation (Stp-Pddse).

Plusieurs acteurs à divers niveaux de l’administration scolaire réfléchissent sur le thème « Pratiques d’enseignement dans la formation des enseignants : Regards critiques et nouvelles approches ». C’est à la faveur d’un séminaire national initié par le Secrétariat technique permanent du Plan décennal de développement du secteur de l’éducation (Stp-Pddse), ouvert ce lundi 8 janvier à Porto-Novo, et qui réunit des chercheurs en éducation, des formateurs et des aspirants à la formation enseignante qui partageront et mutualiseront leurs expériences sur cette thématique.
En tant que profession, l’enseignement nécessite une formation soutenue en amont de l’enseignant pour un rendement de qualité de la part de ce dernier dans les lycées, collègues et écoles, s’accordent les acteurs. Pour Abdel Rahamane Baba-Moussa, secrétaire technique permanent du Pddse, la question de la professionnalisation des enseignants est une préoccupation qu’il faut creuser et approfondir surtout lorsqu’il s’agit de former des enseignants professionnels. Il est nécessaire de clarifier les termes, les axes vers lesquels il faut aller pour rendre les enseignants professionnels. C’est tout l’intérêt du séminaire national qui est la première d’une série de trois, a-t-il précisé.
Selon lui, à travers cet atelier, le Stp-Pddse entend apporter sa contribution dans la résolution des maux qui minent le système éducatif béninois dont le principal demeure la faible formation des enseignants. « Ce qui fait que l’offre produit très peu de qualité », souligne le secrétaire technique permanent du Psdde qui a invité spécialement la professeure Marguerite Altet venue de l’Europe pour décortiquer avec les participants la question de la professionnalisation, au regard de ses vastes expériences.
Abdel Rahamane Baba-Moussa a invité toute l’assistance à suivre avec assiduité les différentes communications qui seront présentées par des éminents enseignants universitaires béninois dont Gabriel Boko et Clément Bah, aux côtés de Marguerite Altet. Il souhaite que le fruit des échanges puisse servir d’intrants pour la mise en œuvre des réformes dans le secteur de l’enseignement au Bénin.
Ouvrant les travaux, le directeur de l’Ecole normale supérieure, Germain Gonzallo, a fait un tour d’horizon des maux qui minent le secteur de l’éducation au Bénin et qui n’épargnent aucun compartiment du système, surtout le domaine de l’enseignement et de la formation. Selon lui, cet état de choses compromet dangereusement la qualification pourtant indispensable des enseignants. Ce qui a d’ailleurs fait l’objet d’une attention particulière dans le Plan sectoriel de développement de l’éducation post-2015. Mais en attendant la finalisation de ce Plan, Germain Gonzallo trouve pertinente la pro-activité du Stp-Pddse par l'organisation des séminaires nationaux avec des partenaires financiers pour tenter d’aboutir à des propositions dont la mise en œuvre résoudrait les problèmes liés à la qualification des enseignants?

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2417 fois