Dans le domaine de la protection sociale et du genre, 2017 a mis un point d’honneur à la lutte contre la réduction des vulnérabilités touchant les enfants. Que d’efforts consentis pour redorer le blason de la couche encore sujette à des discriminations !

L’année 2017 aura été celle des grands efforts en faveur de la couche infantile. L’un des chantiers qui force l’admiration relève de la lutte contre le mariage des enfants. En ce sens, la campagne tolérance zéro (Ctz), contre le phénomène a mobilisé tous les acteurs de la chaîne de protection. Sa finalité, favoriser la mise en œuvre d’activités de dialogue et de sensibilisations des adolescents, des parents, des leaders d’opinion, des médias et des membres de la communauté. Elle vise à briser la culture du silence, lancer un dialogue social sur la banalisation des violences et abus sexuels infligés aux enfants y compris le mariage des enfants ainsi qu’à contribuer à la création d’un environnement protecteur pour eux tous.
Cette campagne est d’autant plus pertinente en ce sens que l’avenir de milliers d’enfants est hypothéqué du fait des mariages précoces et forcés. Au Bénin, une fille sur 10 âgée de moins de 15 ans est mariée et trois filles sur 10 le sont avant 18 ans. Au Nord du pays, l’Atacora, l’Alibori et la Donga on atteint presque 4 filles sur 10 mariées avant 18 ans (37 %), relèvent les acteurs de la chaîne de protection.
« Si les tendances actuelles se poursuivent, le monde avoisinera 1 milliard de destins brisés en 2030 », avertit le représentant résident de l’Unicef au Bénin, Claudes Kamenga.
En 2017, la lutte contre le travail des enfants a mobilisé également les énergies. Relativement à cette problématique, l’opération « Zéro enfant en situation de travail dans les marchés et carrefours des grandes villes du Bénin a été lancée par le ministère en charge des Affaires sociales, à travers la direction générale du Travail (Dgt). Elle a permis d’identifier plus de cinq cents enfants en situation de travail au marché Dantokpa de Cotonou et près de deux cent enfants, victimes d’exploitation économique à Parakou. Outre ces résultats, cette campagne a favorisé une prise de conscience dans le rang des parents, tuteurs et autres auteurs de ces actes, assure Raymond Zounmatoun, directeur général des normes de travail.
Loin des marchés, la promotion des droits des enfants a été également au cœur du rapport 2017 sur la situation des enfants dans le monde. L’édition de cette année met en lumière la relation des enfants face aux Tics, examine les données sur la situation et formule quelques recommandations. Le document sensibilise sur la nécessité de mettre fin à la violence en ligne et attire l’attention des parents et éducateurs et des acteurs à divers niveaux sur leur responsabilité de protéger les enfants face aux impacts négatifs de la technologie numérique et de l’internet.
Comme action majeure en 2017, on retiendra dans le secteur du genre, la campagne ‘’Seize jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (Vbg)’’. Elle vise à bâtir une riposte solide contre les Vbg et à inciter à la dénonciation. Au-delà de Cotonou, cette campagne s’est étendue aux autres villes du Bénin à travers des sensibilisations.
L’autre réforme qui retient l’attention est relative au projet d’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch). L’initiative émane du chef de l’Etat, Patrice Talon qui, dans son projet de société, a souligné la nécessité de relever de façon concrète le défi de la protection sociale et de la lutte contre la pauvreté, à travers un mécanisme novateur. Ce projet phare du Programme d’action du gouvernement traduit la volonté de l’Exécutif à fournir une protection sociale à toute la population, notamment aux Béninois les plus démunis. A terme, il améliorera la protection sociale en corrigeant les insuffisances qui entravent le développement du secteur?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3094 fois