Le socio-anthropologue africaniste Hospice Bienvenu Hounyoton relance le débat sur les enfants placés en Afrique à travers un ouvrage intitulé « Le Vìdómegonat socialisation et protection de l’enfance, des origines à nos jours ». Un travail scientifique de haut niveau à travers lequel l’auteur appelle à une dissociation entre ce qu’il appelle « Le Vìdómegonat » et le phénomène des « Vì?ómeg?´n » (entendez enfant placé).

« Le Vìdómegonat joue un rôle important dans le processus de socialisation, de protection de l’enfant et lui sert de leitmotiv d’action. L’enfant se socialise, grandit et intègre la vie du groupe. Les fonctions de cette pratique sont multiples». Hospice Bienvenu Hounyoton, socio-anthropologue, réinsère ainsi dans son contexte la portée initiale des enfants placés auprès des tiers. Selon lui, cette option réglait un certain nombre de problèmes dans la société et a fait le bonheur d’un certain nombre de Béninois.
Au Vìdómegonat, il donne, entre autres, un rôle d’éducation, de socialisation qui permet d’acquérir même des notions de religion, de droit, d’économie, de culture… Il y a consacré des années de travaux et de recherches avec pour ambition d’aider à comprendre d’abord comment et pourquoi depuis des décennies on plaçait des enfants et ensuite, de faire la nuance entre les deux facettes que peut présenter cette pratique. Laquelle, relève-t-il, n’a rien de réprimandable dans sa forme originelle.
« J’ai fait un travail de recherche, de conception d’un terme qu’on a appelé le Vìdómegonat qui, pour moi, est une forme culturelle de théorisation de l’éducation, de la socialisation, voire de la protection de l’enfance au Bénin qui a pour logique l’externalisation et la suppléance de certains éléments. Cette pratique culturelle qui a été conçue pendant qu’il y avait les communautés se déroulait sous plusieurs formes. On a une première forme où quand on confiait les enfants, c’était pour régler des problèmes de déséquilibre dans les ménages. On le faisait aussi dans le cas du nivellement des inégalités sociales. Du coup, le Vìdómegonat devenait un élément d’ascension sociale. La troisième forme, c’était pour les apprentissages», soutient Hospice Bienvenu Hounyoton. « Le Vìdómegonat socialisation et protection de l’enfance, des origines à nos jours » qui sera lancé dans les prochains jours à Cotonou porte sur la mutation contemporaine des représentations et pratiques sociales relatives à l’enfant placé au Bénin.
Malheureusement, le Vìdómegonat s’est mué pour donner naissance au phénomène des Vìdómegon. Sous la dénomination Vìdómegonat de la langue fon du Bénin méridional, se perpétue une pratique sociale séculaire qui consiste à placer un enfant en dehors de la famille de ses parents biologiques pendant le temps de sa croissance et de son éducation, explique l’auteur. Il y a eu une disqualification de la forme initiale de la pratique. Elle a progressivement été disqualifiée et stigmatisée comme esclavage moderne d’enfants par les instances internationales (en tête desquelles l’Unicef), déplore le socio-anthropologue. Au concept inventé par lui, il oppose le phénomène des Vìdómegon (enfant placé) qui viole systématiquement les droits fondamentaux de l’enfant. « Ce phénomène est la dérive et un drame social de la pratique culturelle multiséculaire très complexe à comprendre mais évolutive », précise l’auteur. « La pratique culturelle est à part. C’est au niveau du phénomène qu’on a toutes les dérives avec pour socle la question de la pauvreté et de l’extrême pauvreté», laisse aussi entendre Hospice Bienvenu Hounyoton.

L’auteur

Diplômé des universités Lumière Lyon 2, Pierre Mendès France de Grenoble et de l’Université Catholique de Lyon, Hospice Bienvenu Hounyoton est un socio-anthropologue spécialisé dans le développement local, l’économie sociale et solidaire et les droits de l’Homme. Chargé d’enseignement dans les facultés de droit et d’anthropologie, de sociologie et de science politique de l’université Lumière Lyon 2, où il obtint son doctorat en 2014, ses travaux portent essentiellement sur l’anthropologie de la socialisation, les formes culturelles de protection des droits de l’enfant mais aussi les problématiques liées à l’interculturalité, le développement et les projets de développement en Afrique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1531 fois