×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 547

A la suite de la session ordinaire de son bureau directeur national, ce jeudi 27 avril à la Bourse du Travail à Cotonou, la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) a organisé un séminaire de formation de ses membres sur le thème : «Les lois scélérates sur l’emploi, la désarticulation de la Fonction publique et l’aggravation de la précarisation de l’emploi dans le secteur privé». Au terme des travaux, la Cstb opte pour les états généraux du peuple.

La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) a organisé, à la suite de la session ordinaire de son bureau directeur national, un séminaire de formation de ses membres, ce jeudi 27 avril à la Bourse du Travail à Cotonou. Organisée sur  le thème : «Les lois scélérates sur l’emploi, la désarticulation de la Fonction publique et l’aggravation de la précarisation de l’emploi dans le secteur privé», ce séminairea permis d'aborder la loi sur les collaborateurs externes jugée anticonstitutionnelle par la Cour constitutionnelle. L’application de cette loi, à en croire le communicateur Laurent Métognon, secrétaire général de la Fédération des syndicats des finances (Fésyntra-Finance) conduirait à la désarticulation de la Fonction publique d’une part, et sa transformation en une administration d’entreprise avec pour corollaire des rémunérations hors grille. Ceci, en dépit du nombre important des jeunes diplômés sans emploi vivant dans la précarité. Se référant à son cas pendant qu’il n'était pas encore admis à faire valoir ses droits à la retraite, il informe que la mise en application de la loi sur les collaborateurs externes serait suicidaire à la finance publique. Laurent Métognon juge inopportune cette loi puisque les textes de loi régissant la Fonction publique définissent d’ores et déjà les conditions d’embauche du collaborateur extérieur de l’Etat.

Selon le secrétaire général confédéral, Paul Essè Iko, ce séminaire est nécessaire au regard de la situation socio-politique nationale. Aussi, soutien-t-il, il faut comprendre les lois pour juger de leur utilité afin de combattre celles en déphasage avec l’intérêt du peuple. Pour lui, les nombreuses lois votées au Parlement ces temps-ci sont «scélérates». Par exemple, il pense que la loi sur le partenariat public-privé (PPP) est transformée en partenariat privé-privé. Par cette loi, a-t-il expliqué, le patrimoine national est transformé en propriété quasi privée, notamment en ce qui concerne les secteurs productifs. De plus, « le Ppp en l’état est une entrave pour les investissements des opérateurs économiques nationaux comme étrangers », a-t-il notifié. La fermeture des entreprises publiques, surtout dans le secteur rural et la destruction des moyens de survie des petits producteurs à travers l’opération de déguerpissement sans aucune mesure d’accompagnement, sont, entre autres faits justifiant l’utilité du séminaire, a fait savoir Paul Essè Iko. « On est à la croisée des chemins et il urge de prévoir des mesures fortes pour triompher de l’imposture », a-t-il laissé entendre. A cet effet, le secrétaire général de la Cstb, à l’union de toutes les filles et fils du Bénin. Mais également, il souhaite les états généraux du peuple.

Pour sa part, le représentant du secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), Alexandre Adjinan salue l’initiative. Il promet l’apport de la Cosi-Bénin à cette lutte qu’il juge noble et utile. Le bien-être des travailleurs est notre cause commune, a-t-il souligné?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1708 fois
Tags: