La réforme du système partisan est une question de priorité pour le parti Alternative citoyenne. Au cours de son congrès ordinaire, tenu samedi 4 mars dernier à Cotonou sous le thème « Transformer le modèle politique du Bénin pour un développement intégral », les responsables du parti l’ont réaffirmé avec de nouvelles orientations dans ce sens, avec le soutien d’autres formations politiques.

Les réformes constitutionnelles et politiques engagées par le Gouvernement de la Rupture doivent aboutir, avec comme priorité le renforcement du système partisan. A cet effet, le parti Alternative citoyenne reste ouvert aux formations politiques qui ont la même vision que lui pour que ces réformes réussissent, assure son président d’honneur, Joseph Djogbénou qui intervenait à l’ouverture des travaux du premier congrès ordinaire du parti samedi 4 mars dernier. 

Mais avant, il a rappelé les circonstances difficiles dans lesquelles le parti a été créé. « Que vaut un modèle démocratique qui donne le pain aujourd’hui et qui ne sait pas si le pain de demain est garanti ? Que vaut un système partisan qui laisse de milliers de jeunes sans emploi ? Que vaut un modèle démocratique dans lequel les populations n’ont pas accès à des soins de santé de qualité ? », s’interroge Joseph Djogbénou. Dans les conditions actuelles, un pouvoir responsable doit chercher dans ses entrailles des solutions à ces questions, estime-t-il. Et un Gouvernement courageux, poursuit-il, doit prendre des décisions courageuses et faire rêver. Les réformes annoncées par le Gouvernement de la Rupture, insiste Joseph Djogbénou, sont des réformes nécessaires même si elles sont douloureuses. Il a alors invité le bureau directeur d'Alternative citoyenne à être ouvert et représentatif afin de favoriser la réussite desdites réformes.
Avant Joseph Djogbénou, c’est le président du parti, Rock David Gnahoui, qui a donné les nouvelles orientations de cette formation politique qui, selon lui, doit être « un parti catalyseur ». Et s’il faut casser pour reconstruire, souligne-t-il, Alternative citoyenne dit oui. Raison pour laquelle il a invité les militantes et militants du parti à faire confiance à leurs dirigeants.
Les responsables d’Alternative citoyenne ont été soutenus au congrès du samedi dernier par d’autres formations politiques dont le Parti du Renouveau démocratique (Prd) qui par la voix de son représentant, Augustin Ahouanvoébla, a dit que l’heure est au rassemblement pour la réussite des réformes politiques et surtout celle relative au système partisan. « Le Prd étant un parti de la majorité présidentielle, nous soutenons Alternative citoyenne pour réussir les réformes », déclare Augustin Ahouanvoébla.
Le représentant du Prd sera suivi par le président de l’Union pour la démocratie et la solidarité nationale (Uds), Sacca Lafia, qui rappelle qu’avec Alternative citoyenne, ils ont traversé des difficultés avant le choix d’un candidat pour la présidentielle de 2016. « Mon parti est un affluent qui est à la recherche d’autres affluents pour faire un grand fleuve dans le cadre de la réforme du système partisan au Bénin », a laissé entendre Sacca Lafia.
D’autres partis et alliances politiques comme l’Alliance pour un Bénin triomphant (Abt), le Rassemblement national pour la démocratie (Rnd), le Cds-Finagnon d’Aké Natondé ont également salué le dynamisme des responsables d’Alternative citoyenne, une formation politique qui s’est imposée en trois ans sur l’échiquier national.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 491 fois
Tags:
  • ,