L’Alliance nationale pour la Démocratie et le Développement (AND) a installé, samedi 17 janvier dernier, ses coordinations communales et départementales. C’était à l’école primaire urbaine centre d’Allada, en présence des membres fondateurs, des militants et d’invités venus nombreux assister à la cérémonie.

13h 08 mn samedi 17 janvier dernier. La sirène du véhicule des sapeurs pompiers retentit. Valentin Aditi Houdé accompagné des ténors de l’Alliance nationale pour la Démocratie et le Développement (AND) font leur entrée dans l’école. Bain de foule et salutations d’usage, puis installation à la tribune officielle pour le début des manifestations.
Dans son adresse à l’assistance, Cyprien Togni, le maire de la commune d’Allada a prôné l’union et le soutien des fils de la commune en vue de l’émergence de l’Alliance nationale pour la Démocratie et le Développement (AND).
S’inscrivant dans cette dynamique, Joël Hounyagba, le représentant des jeunes a déclaré qu’ils ont une responsabilité particulière dans les combats pour la victoire prochaine de l’AND. Pour lui, ce sont la force et l’audace des propositions qui attireront les gens vers l’AND. Déclarant le soutien de ses pairs à l’alliance, Joël Hounyagba a plaidé pour les siens : « Quand vous serez là-bas, souvenez-vous de nous », dit-il.
C’est le même credo chez Edith Assogba, la porte-parole des femmes qui a martelé leur disponibilité et aptitude pour les prochaines joutes électorales. «Ce que femme veut, Dieu le veut», a-t-elle proclamé, rappelant qu’elles ont à transmettre la douceur.
Pour les représentants de la tradition, dah Agassounon et dah Tognon, l’heure a sonné pour l’émergence de l’AND, car il y a un temps pour toute chose.
Ce que n’a pas contredit Alain Chodaton au nom des cadres de la commune, pour qui le déplacement massif de la foule l’honore. « De gros morceaux se sont mis ensemble pour combattre le vrai combat afin d’obtenir ce qu’ils n’ont pu pendant des décennies. Nous devons rester soudés derrière l’AND qui est la solution», a-t-il soutenu.
C’est la même conviction qui anime Léon Aganon du mouvement "Les Sentinelles" et Célestine Adjanohoun. Pour cette dernière, l’AND apporte un message de courage et d’espoir et il est temps de retrousser les manches pour porter loin l’Alliance ancrée, a-t-elle déclaré, dans la mouvance plurielle.
Octave Houdégbé, le président d’honneur de l’AND a réitéré sa volonté d’accompagner les jeunes et de poser des actions citoyennes pour le développement de la commune et du pays.
Ce dont se réjouit le président de l’Alliance, Valentin Aditi Houdé, qui souligne cependant : «Pendant longtemps nous avons été marginalisés dans les zones de prédilection de l’AND du point de vue des infrastructures; notre politique à l’AND est de concourir au bien-être de l’homme. Nos portes sont ouvertes et il y a de la place pour tout le monde.». Il a souligné qu’il faut fédérer les intelligences et se battre pour la redistribution des richesses, la préservation de la paix et la consolidation de l’unité nationale.
Après l’appel des noms des membres des coordinations communale et départementale, Valentin Aditi Houdé les a conviés à une organisation méthodique sur le terrain.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 959 fois
Tags:
  • ,