«Le chemin du Bénin est bien celui de la rupture... C’est le Bénin qui nous rassemble. Ensemble pour un nouveau départ, ensemble pour la nouvelle conscience, ensemble pour bâtir le Bénin nouveau...

Que tout le monde aille voter pour Patrice Talon dimanche prochain. Faites-nous confiance. Nous savons que cette coalition, main dans la main, va relever le Bénin et vous serez surpris de ce qui sera réalisé ». C’est en ces termes que Pascal Irénée Koupaki, membre de la coalition de la Rupture, s’est adressé à la population de Parakou lors d’un meeting organisé mercredi à la place Bio Guéra. C’était en compagnie d’autres candidats malheureux à la présidentielle : Abdoulaye Bio Tchané, Robert Gbian, Saliou Youssao Aboudou, Nassirou Bako Arifari, Azizou El hadj Issa et autres personnalités qui soutiennent tous Patrice Talon au second tour de l’élection du dimanche prochain.

« La coalition, c’est plus de 70% des suffrages au premier tour, mais c’est aussi une vision partagée à travers laquelle nous devons tourner le dos au passé, nous devons barrer la voie à la continuité, nous devons reprendre en main le destin de notre pays », souligne Abdoulaye Bio Tchané, venu premier à l’issue du premier tour de l’élection à Parakou. Porte-parole de la coalition, il a salué les chefs coutumiers et autorités de la cité de Kobourou, les chefs religieux, les femmes et les jeunes pour leur clairvoyance, tout en les exhortant à sortir à nouveau massivement dimanche pour une « victoire écrasante » du candidat Patrice Talon. « Nous avions commencé la coalition en janvier avec douze candidats fondateurs, aujourd’hui elle a rassemblé lors de sa déclaration et de la signature du protocole d’accord, vingt-six candidats sur trente-trois », se réjouit-t-il. Il a appelé ensuite les militants de l’alliance pour un Bénin triomphant (ABT) dont il est le président et tous ceux qui ont voté pour les autres candidats de la rupture le 6 mars dernier: Sébastien Ajavon, Karimou Chabi Sika, GGR, PIK, Salifou Issa, etc., à ne pas avoir peur. Il leur a demandé d’éviter surtout la violence et de ne pas céder aux provocations du camp adverse. « L’arme des faibles, c’est la violence ; l’arme des vaincus, c’est la violence. Nous, nous sommes forts et nous savons que la victoire sera de notre côté inch’Allah », prie Bio Tchané.
Pour sa part, le député Sacca Lafia de la coordination nationale de campagne de Patrice Talon, a rassuré que la candidature de Patrice Talon n’est nullement mue par une quelconque vengeance, mais plutôt par une volonté de faire face à l’imposture et d’apporter des solutions aux maux qui plombent le développement du pays. « Les propos du genre : si Patrice Talon vient, il va m’enfermer ; il va opposer une religion à d’autres, comprenez que ce sont des discours fous de campagne développés par des gens qui se sont rendus compte que le peuple les rejette et ne va pas les suivre », estime-t-il. ¦

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3052 fois
Tags:
  • ,