«Débarqué » de la tête de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (AND) dimanche 25 octobre dernier, comme le laisse croire un communiqué rendu public lundi 26 octobre dernier et signé de quelques responsables de l’alliance, le député Valentin Aditi Houdé, qui en est le président, n’entend pas s’y résoudre. Hier mardi 27 octobre à Cotonou, il a tenu un point de presse, entouré d’autres responsables de l’alliance, pour dénoncer le comportement des frondeurs.

Le président de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (AND) indique qu’«en politique, l’action appelle la réaction». Pour lui, c’est un groupe issu de sept partis politiques membres de l’alliance, qui s’est réuni à Dahè (Houéyogbé) dans le Mono pour poser l’acte relayé par la presse, à savoir, sa «prétendue destitution», avant de laisser parler Nazaire Dossa, vice-président de l’Alliance. Celui-ci expose que le bureau politique de l’AND s’est réuni en session extraordinaire les 26 et 27 octobre derniers, pour se pencher sur la situation née de la rencontre de Dahè à Houéyogbé. Une «rencontre secrète», dénonce-t-il, qui a «pris la grave et illégale décision de confier les rênes de l’AND à l’honorable Octave Houdégbé jusqu’à nouvel ordre» en prétextant de «l’entêtement du président à ne pas convoquer le bureau exécutif pour débattre de questions préoccupantes.» Nazaire Dossa renseigne qu’en attendant «la prise de mesures disciplinaires appropriées», le bureau exécutif national de l’AND tient à préciser qu’aux termes des législatives dernières, qui ont fait de l’AND une des principales forces politiques du pays avec cinq députés, trois des élus ont refusé de suivre la ligne collective retenue par l’Alliance. Ce qui dérouta nombre de militants. Ensuite, après les municipales et communales, poursuit-il, certains membres de l’alliance, après le dépôt des listes à la Commission électorale nationale autonome, s’y seraient rendus pour essayer de modifier la liste en violation du code d’éthique de l’alliance. De même, certains auraient exigé sans conditions, des postes de maires pour leurs partis en guise de lot de consolation suite à leur échec personnel.

La suite de discorde

C’est suite à ces agissements, révèle le porte-parole de l’alliance, que les intéressés sont entrés en rébellion contre le président Houdé. A cela s’ajoute le fait, toujours selon Nazaire Dossa, quelques-uns des frondeurs auraient effectué une mission à Paris pour discuter avec un richissime homme d’affaires, à qui ils auraient fait la promesse de soutien de l’AND pour la présidentielle de 2016, contre une forte somme d’argent. C’est donc après ce voyage que de nombreuses tentatives de destitution du président Valentin Houdé, ainsi que des boycotts de réunions statutaires de l’AND, ont pris corps pour aboutir, finalement, à la situation présente. Laquelle, de toutes façons, est nulle et de nul effet conformément aux textes régissant l’AND, assure le vice-président de l’Alliance.
Le président de l’AND revient à la charge pour dire que la présente fronde trouve aussi ses sources dans une affaire domaniale.
En effet, certains des frondeurs l’auraient sollicité pour intervenir en leur faveur auprès du maire Patrice Hounsou-Guèdè, aux fins d’obtenir satisfaction dans une affaire pourtant peu crédible. C’est son refus, dit-il, de s’engager dans un tel dossier qui aurait même valu au maire Hounsou-Guèdè, la perte de son fauteuil au profit d’adversaires que l’AND a combattus sur le terrain. En outre, Valentin Houdé pointe un doigt accusateur vers l’homme d’affaires Patrice Talon, à qui il dit avoir clairement signifié son refus de le soutenir dans son aventure politique. Raison pour laquelle, subodore-t-il, il orchestrerait la déstabilisation de l’AND. Mais, rassure Valentin Houdé, ces frondeurs ne représentant pas la matrice de l’AND et ne valent nullement ceux qui sont encore autour de lui. En clair, martèle-t-il, «l’AND vit et vivra toujours. Le retrait des frondeurs n’y changera rien. La méchanceté et la cupidité encore moins…»

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1698 fois
Tags:
  • ,