Réélu par ses pairs, le maire Joseph Anani Amavi a été installé mercredi 12 août dernier à la tête de la commune d’Athiémé. A l’occasion, l’intéressé a décliné en quatre points les axes d’interventions de son quinquennat.

Joseph Anani Amavi après un premier mandat, vient d’être reconduit à son poste de maire d’Athiémé. Et ce n’est pas pour se complaire dans l’autosatisfaction car, mieux que par le passé l’élu de l’Union fait la Nation rêve de faire ressusciter le passé glorieux de sa commune natale.
En effet, pour ce nouveau quinquennat, le maire Joseph Anani Amavi laisse entendre que l’exécutif qu’il préside va s’attaquer à travers une démarche participative au développement de la commune sur quatre fronts. Lesquels fronts, décline-t-il, visent à transfigurer la commune en ville citoyenne et germoir de réussites, puis à l’ouvrir à tous ceux qui désirent y habiter et enfin, à l’équiper pour en faire un portail de modernité et de loisirs. S’agissant des moyens pour y parvenir, il rappelle notamment la construction du pont sur le fleuve mono comme un atout majeur en matière de désenclavement. Aussi compte-t-il surtout sur l’adhésion de toutes les forces vives de la commune qu’il appelle à taire leurs dissensions.
Au titre du bilan des actions de la deuxième mandature de l’ère de la décentralisation, Joseph Anani Amavi retient que le Plan de développement de la commune a été exécuté pour un taux de 67,40%. Au nombre des 135 chantiers de développement ouverts dans ce cadre, indique-t-il, 95 chantiers ont été réalisés et bouclés.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2379 fois
Tags:
  • ,