Cotonou doit être la ville de tous les enjeux pour le Bénin à l’horizon 2025. C’est autour de ce thème que travaille la Coalition Caméléon, dans le cadre de la campagne pour les élections municipales, communales et locales du dimanche 28 juin prochain.

«Le peuple est son propre sauveur, pourvu qu’il choisisse les hommes qu’il faut. Et ces hommes qu’il faut, ce sont les candidats de la liste Coalition Caméléon ». Tel est le cri de ralliement du parti présidé par Francis da Silva. Les leviers d’actions de l’alliance reposent sur trois concepts fondamentaux: «organisation, formation, coopération».

Selon les responsables du parti, la première action de l’élu local qui sortira des rangs de la Coalition Caméléon, consistera à organiser les forces productives et sociales en prenant pour base d’action chacun des arrondissements de chaque commune. Dans son programme d’actions, le parti accorde la place à toutes les composantes de la société. Paysans, artisans, ouvriers, commerçants, intellectuels, femmes, jeunes, sages, communauté étrangère au Bénin, diaspora béninoise à l’étranger,… tous sont pris en compte.
Sur le plan de la formation, il sera question d’organiser un mouvement d’alphabétisation fonctionnelle dans les langues nationales et étrangères comme le français, l’anglais et le chinois.
En ce qui concerne la coopération, il s’agira d’établir une coopération entre les communes en vue de créer une zone économique pour réaliser de grandes infrastructures de développement comme l’aménagement du territoire, la construction des routes, les usines de transformation des produits locaux…
Pour le secrétaire général du parti, Houdou Ali, sa formation politique veut faire de Cotonou, la ville miroir de la culture du peuple béninois. C’est pourquoi les candidats de cette liste veulent être des ‘’culturels’’ de la municipalité de Cotonou, des communes d’Abomey-Calavi…, sur la base des exigences de la Constitution béninoise.
Dans le domaine économique, la Coalition Caméléon ambitionne de faire de Cotonou «la ville chef d’orchestre du développement économique harmonieux et équilibré entre les villes et les campagnes du Bénin». Pour atteindre cet objectif, il s’agira pour cette alliance de partis de créer un groupement d’intérêt économique (GIE), une Unité territoriale de développement dans chacun des cinq cent quarante-six (546) arrondissements ayant une station de machines agricoles d’engins lourds de terrassement. Dans le même registre, elle compte exploiter les possibilités de coopération décentralisée avec les communes des pays comme la Chine, les deux Corées, le Japon.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2301 fois
Tags:
  • ,