Tous les maires des 14 communes du département de l’Ouémé-Plateau ne sont pas en lice pour les élections communales et municipales du 28 juin prochain. Certains ont décidé délibérément de ne pas y participer. D’autres comme le maire d’Adjarra y ont été contraints ayant été exclus par les positionnements.

Qui a dit que la fonction de maire n’est pas juteuse? Les maires de l’Ouémé-Plateau qui y ont pris goût ne veulent plus s’en passer, en tout cas pas pour le moment. Ils se sont tous jetés dans la bataille des élections communales et municipales du 28 juin prochain. En dehors des maires de Sakété, Raliou Arinloyé, du maire de Kétou, Salami Osséni, d’Adja-Ouèré, Djima Fachola toujours en prison, d’Adjarra Yaya Saka exclu de la liste FCBE (qui a donné une conférence de presse samedi dernier à Adjarra pour dénoncer un complot organisé contre lui), tous leurs collègues des autres communes du département sont en lice. Il y a le cas du maire d’Adjohoun, Gérard Adounsiba. Incarcéré à la prison civile de Porto-Novo dans une affaire domaniale, il s’est néanmoins porté candidat. Il est positionné 3è sur la liste FCBE dans l’arrondissement d’Azo-wlissè. Tout comme son présumé co-inculpé, le conseiller communal Djossou Sèhou, chef d’arrondissement d’Adjohoun-centre. Ce dernier est candidat dans cet arrondissement sur la liste FCBE. Tout comme Gérard Adounsiba, il devra battre campagne depuis les geôles. La loi électorale n’empêche pas leur candidature puisqu’ils ne sont pas encore jugés. Ils bénéficient donc toujours de la présomption d’innocence dans l’affaire qui les concerne. Un statut qui les autorise à se lancer dans la bataille tout en étant en prison.

A l’instar du maire Gérard Adounsiba, il y a neuf autres de ses collègues du département de l’Ouémé-Plateau qui tiennent à rempiler. Il y a le maire de Porto-Novo: Moukaram Osséni, de Bonou : Isidore Zinsou, de Sèmè- Podji : Mathias Gbèdan, d’Avrankou: Georges Nounagnon et de Pobè : Saliou Akadiri désormais au gouvernement, tous positionnés sur la liste FCBE. A côté d’eux, il y a leurs collègues James Dègbo des Aguégués et Michel Bahoun d’Akpro-Missérété qui affrontent les élections communales sous la bannière du PRD, Raymond Fafoumi d’Ifangni est positionné sur la liste Résoatao et Clément Gnonlonfoun de Dangbo est tête de liste UN dans l’arrondissement de Hounviguè. Chacun est candidat avec des attentes diverses dans leurs arrondissements respectifs. Chacun d'eux croise donc les doigts en attendant le verdict des urnes à la suite du scrutin du 28 juin prochain. Car, seuls ceux d’entre eux qui auraient réussi à tirer leurs épingles du jeu pourront disputer leur succession pour le compte de la prochaine mandature de la décentralisation au Bénin.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3111 fois
Tags:
  • ,