Parmi les jeunes formations politiques en lice pour les législatives du dimanche 26 avril prochain, il y a le Mouvement d’Eveil de la Conscience du Citoyen pour une autre Alternative (MECCA) du maire d’Agbangnizoun, Léopold Houankoun, lui-même non partant pour des raisons stratégiques. C’est plutôt l’avocat Nestor Ninko qui porte l’étendard du mouvement comme tête de liste dans la 23è circonscription électorale constituée d’Agbangnizoun, Abomey, Bohicon et Djidja.

Joint par téléphone hier mercredi 22 avril, le candidat Nestor Ninkpo qui était sur le terrain à la rencontre de son électorat, a préféré nous orienter vers le président du MECCA, Léopold Houankoun, maire d’Agbangnizoun qui coordonne les actions des candidats dudit mouvement. Rencontré hier à Sinwé-Lègo à Agbangnizoun, ce dernier a assuré que tout est mis en marche pour que le MECCA crée la surprise dimanche prochain au soir du scrutin aussi bien dans la 23è que la 7è circonscription électorale.
En effet, ce mouvement politique est composé dans sa grande majorité des cadres, des opérateurs privés, des paysans, femmes, jeunes et autres militants ayant judicieusement porté leurs choix sur le Dr Boni Yayi à l’occasion des élections présidentielles de 2006 et de 2011, puis soutenu la liste FCBE pour les législatives de 2007 et de 2011 dans leurs circonscriptions électorales respectives avec des victoires à nulle autre pareille.
Léopold Houankoun confie que désormais, avec ce scrutin-ci, le véritable poids politique du MECCA pourra être évalué dans nombre de circonscriptions électorales, au-delà de la 23è. Il s’agit donc, précise-t-il, d’une force politique qui bien qu’appartenant à la Majorité présidentielle, a voulu aussi montrer de quoi est-ce qu’elle est capable sur le terrain. «D’ailleurs, nous sommes mieux placés que quiconque pour évoquer les difficultés que rencontrent les populations d’Agbangnizoun et des autres villes de la 23è circonscription électorale. C’est aussi vrai que depuis le décès de Valéry Mongbè, il y a huit ans, la commune d’Agbangnizoun n’a plus eu de député. Aussi, depuis 1960, Agbangnizoun n’a jamais obtenu un poste ministériel, alors qu’il faut être dans le cercle de décisions pour mieux faire connaître les problèmes auxquels est confrontée votre région.

Il nous faut donc avoir un fils d’Agbangnizoun au Parlement », explique l’air déterminé, le président du MECCA. Et, une fois au Parlement, les députés MECCA s’engagent à défendre les idéaux de liberté, d’égalité, de solidarité et de justice sociale qui sont les valeurs essentielles que prônent ce mouvement. Elles constituent pour ce parti, des droits qu’il s’agira de traduire en termes d’objectifs à réaliser pour le bonheur de tous.
Pour parvenir à cette fin, les candidats et responsables du MECCA privilégient la campagne de proximité sur le terrain. Ils sont d’ailleurs convaincus que c’est la meilleure stratégie communicationnelle pour faire passer leurs messages au sein des populations de la 23è circonscription électorale. Selon le maire Léopold Houankoun, le bruit ne fait pas du bien et le bien non plus, ne fait du bruit. Et, parie-t-il, « nous sommes sûrs que le MECCA vous surprendra au soir du 26 avril prochain en décrochant au moins deux des quatre sièges en jeu ici dans la 23è».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1325 fois
Tags:
  • ,