Le député Samari Bani, président du parti Impulsion pour une nouvelle vision de la République (INVR-Kokari) et candidat sur la liste des Forces démocratiques unies (FDU) aurait toutes les chances de revenir à l’Assemblée nationale après le scrutin du dimanche prochain, à en croire ses partisans. Dans sa commune natale, Ségbana, il est considéré à tort ou à raison comme favori par ces derniers.

«Voter Bani Samari, c’est dire non à l’expropriation des cotonculteurs de leurs revenus», c’est le thème de campagne choisi par le candidat des FDU pour rallier à sa cause les paysans de la 2e circonscription électorale constituée de Ségbana, Gogounou et Banikoara. Dans les cinq arrondissements de Ségbana, sa commune natale, à savoir Liboussou, Sokotindji, Lougou, Libantè et Ségbana, le député à l’Assemblée nationale, attire de nombreux agriculteurs, mais aussi des jeunes, qui lui ont déjà fait confiance par le passé. «Confiance et espoir» sont les mots clés choisis par le candidat vu comme le défenseur de ces derniers et surnommé par certains «Monsieur hélico verpa», après qu’il est descendu, il y a quelques années, avec les cameras dans les champs de coton attaqués par les insectes ravageurs pour ainsi dénoncer la mauvaise qualité des intrants agricoles livrés aux paysans. Aussi, ses partisans lui reconnaissent-ils une certaine franchise et sa magnanimité, toutes choses qui feraient de lui, un favori pour le scrutin du dimanche prochain, ne serait-ce qu’à Ségbana. «Ça marche fort pour lui. Il va gagner», affirme Kitaou Piamiki, un élu local de la commune. Et pour y parvenir, il peut compter sur les capacités de mobilisation de masse dans les autres localités de dame Francine Bio Bagou Moro et d’El Hadj Abdoulaye Baba Agba, également titulaires sur la liste FDU dans la 2e circonscription électorale, et de leurs suppléants respectifs.

En effet, le député Samari Bani, président du parti Impulsion pour une nouvelle vision de la République (INVR-Kokari) se présente, à en croire ses partisans et autres observateurs sur le terrain, comme le maître incontesté du jeu politique actuellement dans la commune de Ségbana. De toutes les 20 listes de partis et alliances de partis en lice pour les élections législatives du 26 avril prochain, le natif de Kambara tient la dragée haute dans cette commune enclavée de l’Alibori où peu de candidats en lice ont pu braver l’état dégradé de la voie en construction pour battre campagne. Aux côtés des autres forces présentes telles que l’Alliance Soleil, les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), l’Alliance pour une Nouvelle gouvernance (ANG), il paraît le plus visible sur le terrain. En témoignent ses posters grand format et autres affiches posées à l’entrée de certains établissements de la zone, notamment devant l’EPP Liboussou, l’EPP Kambara, à Ségbana centre, et sur les murs et clôtures. Outre sa présence sur le terrain, ses lieutenants font du porte-à-porte pour appeler à voter pour ce que certains appellent «la feuille de manioc», allusion faite au logo de l’alliance. Nous avons rencontré deux d’entre eux à bord d’un véhicule pick-up en train de distribuer des affichettes. Pour eux, le député connu pour son sévère réquisitoire contre les manquements à la démocratie et la bonne gouvernance observés ces derniers temps au Bénin, aurait toutes les chances de revenir au Parlement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1879 fois
Tags:
  • ,