Des actions éparses à travers les quartiers, la campagne électorale à Natitingou est marquée à son début par une grande morosité. Les grandes forces et alliances politiques déploient petitement leurs stratégies pour faire adhérer les électeurs à leur cause.

Musique à plein vent, le siège des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) au quartier Kantaborifa, samedi 11 avril dernier, peine à avoir du monde à ses abords. Des chaises en plastique soigneusement rangées à l’intérieur de ce bel édifice loué pour les besoins de la campagne électorale attendent d’être usitées par d’éventuels militants. En l’absence du responsable des lieux, Rachidi Radji, injoignable à maintes reprises, les agents en permanence se refusent à toute déclaration sur la campagne que mène cette alliance de partis politiques acquis à la cause du président de la République. Si l’heure semble être aux préparatifs, il convient tout de même de noter qu’à quelques encablures de ce quartier populaire de la ville de Natitingou, précisément à l’entrée du stade municipal, des jeunes militants à motos flanquées des effigies de l’alliance se donnent à une opération de charme qui tranche bien avec l’accalmie observée un peu plus tôt au siège.
Un peu plus loin, au siège de campagne de l’alliance Soleil, les agents assez méticuleux reçoivent ceux qui y viennent à la quête d’informations sur les rencontres programmées dans le cadre de la campagne ouverte quelques heures plus tôt. Une rencontre est programmée avec des militants dans la soirée à Ourbona Ourkparbou. La deuxième de ce samedi après celle de Boriyouré tenue dans la matinée. Deuxième titulaire sur la liste de l’alliance Soleil, Modeste Kérékou, nous informe-t-on, rencontre son état-major dans un hôtel de la ville, sans doute pour peaufiner davantage les stratégies pour arriver à ses fins. Si son siège permet de maintenir le contact avec ses potentiels électeurs et de coordonner au niveau de la base toutes les actions à déployer, il n’en demeure pas moins qu’il entretient la liesse populaire. Musique feutrée aux heures de pause, le siège est le lieu où converge le public toutes les nuits pour suivre sur un écran géant des matches de football. Samedi dernier c’est l’apothéose avec le championnat espagnol et la finale de la Coupe de la Ligue en France. Une extase qui sera de courte durée avec la forte pluie qui a dispersé les visiteurs.
Si les deux alliances citées plus haut ont établi leur quartier général en plein cœur de la ville à la faveur de la campagne électorale, l’alliance Union fait la Nation, elle, s’est installée à son siège depuis octobre 2013 et se réclame un parti d’obédience nationale. Ici pas de tapage. D’ailleurs la stratégie de l’alliance le proscrit. «Notre stratégie, ce n’est pas le bruit. C’est une stratégie de proximité », prévient Jean Aholou, facilitateur au sein de l’alliance au niveau des départements de l’Atacora et de la Donga. Avec un candidat natif de Natitingou, Jean Yves Koumpogué, chef d’arrondissement du 3e arrondissement de la commune, tête de liste de l’alliance dans la 4e circonscription électorale, les militants ont opté pour des rencontres dans les quartiers. «Il nous revient d’aller vers les populations pour les rassembler autour de notre idéal qui est d’unir tous les fils et filles du Bénin quelle que soit leur appartenance régionale et en finir avec ces clichés de parti régionaliste qu’on nous colle», soutient Jean Aholou.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1264 fois
Tags:
  • ,