Le Mouvement des jeunes pour une démocratie et un développement repensés (MJDDR) est né. Son congrès constitutif s’est déroulé samedi 21 février dernier à la Maison internationale de la culture de Porto-Novo sous le parrainage du ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et des Cultes qui s’est fait représenter à l’ouverture officielle des travaux.

Le cercle des mouvements politiques s’est agrandi au Bénin. Il a enregistré un nouveau-né samedi 21 février dernier à la Maison internationale de la culture de Porto-Novo. Le nouveau-né est baptisé: Mouvement des jeunes pour une démocratie et un développement repensés (MJDDR). Il a été porté sur les fonts baptismaux au terme d’un congrès constitutif qui a mobilisé plusieurs centaines de jeunes venus des quatre coins du Bénin. Ils étaient tous vêtus de tee-shirts griffés du logo dudit mouvement politique.
Selon le président du comité d’organisation des travaux de ce congrès constitutif, Simon Adankon, le MJDDR vise trois objectifs principaux. D’abord, à regrouper et unir en son sein, sur la base de l’adhésion volontaire, les Béninois des deux sexes en vue de la mise en œuvre de l’action politique. Ensuite, à inciter les jeunes à la réflexion sur le développement national et enfin, à concourir à la promotion, à la sauvegarde et aux respects des libertés fondamentales et des droits de l’Homme.
«Le nouveau mouvement politique né en plein cœur de Porto-Novo, se veut un creuset de jeunes béninois regroupant toutes les tendances politiques et soucieux du développement du Bénin», souligne Simon Adankon. Mais pour y parvenir, les membres du MJDDR pensent qu’il est urgent que la démocratie et le développement soient repensés. Le Bénin devra passer de la parole aux actes concrets pour booster le développement. Raison d’ailleurs pour laquelle le MJDDR ne se positionne ni de la Mouvance présidentielle ni de l’Opposition.

Il se dit au centre pour mieux apporter sa pierre à l’œuvre de reconstruction du Bénin.
Une vision noble que ne peut manquer de soutenir plusieurs personnalités politiques ayant pris part au lancement des travaux de ce congrès constitutif. Pour l’ancien maire d’Allada, Wilfried Gbétchédji, la démocratie et le développement ne doivent être l’affaire du seul Etat. Mais plutôt de tous les individus. C’est pourquoi il a salué l’initiative prise par ces jeunes de mettre en place un creuset politique regroupant leurs forces pour accompagner le développement de leur pays. «Votre vision est bonne. Car, la jeunesse est le fer de lance de la démocratie et du développement», a souligné le premier maire de l’ère de la décentralisation dans la commune d‘Allada.
En tant qu’aîné, Wilfried Gbétchédji n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils aux membres du MJDDR. Il les a exhortés à l’entente et à l’unité dans l’action et surtout à rester vigilants au virus de la division qui guette souvent toute formation politique.
Me Yves Edgar Monnou, président du parti Génération action et progrès basé à Porto-Novo, trouve que pour un véritable développement du Bénin, la priorité doit être accordée à l’agriculture et à l’énergie.

L’avocat au barreau de Cotonou a par ailleurs loué le moment choisi par ces jeunes pour créer leur mouvement politique. Lequel intervient à un moment où le Bénin s’apprête à tourner la page des deux quinquennats du président de la République, Boni Yayi.
Procédant à l’ouverture des travaux, le représentant du ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et des Cultes, parrain des travaux, Christophe Houndo, a invité les jeunes du MJDDR à relever les défis de la pérennisation de leur mouvement.
Au terme des travaux constitués de l’étude et de l’adoption des textes, Simon Adankon a été élu pour présider aux destinées du MJDDR.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1211 fois
Tags:
  • ,