Au terme de son 3è Congrès ordinaire qui a pris fin hier dimanche 15 février à Natitingou, le parti Impulsion pour le progrès et la démocratie (IPD) s’est engagé à redynamiser son fonctionnement pour un réel envol politique. Aussi, s’est-il prononcé sur la situation sociopolitique nationale.

Mus par le souci de redynamiser les bases de leur formation politique pour son envol à la veille des prochaines joutes électorales, les militants du parti Impulsion pour le progrès et la démocratie ont tenu leur 3è Congrès ordinaire. Un évènement qui marque également ses vingt ans d’existence. Aussi, ont-ils pris l’engagement au terme des travaux hier dimanche, de combattre toute forme d’autoritarisme, d’autocratie et de violation des principes fondamentaux de la Constitution béninoise, toute entrave aux libertés politiques, publiques, civiles et civiques ; d’œuvrer à la consolidation de l’unité nationale, gage de l’enracinement de toute démocratie participative.
Face à la situation politique du pays marqué par des tensions, le parti a invité les leaders et autres acteurs politiques à taire les querelles et divergences pour l’intérêt supérieur de la nation. En dépit des mépris dont ils se disent victimes lors des positionnements sur les listes électorales et surtout lors des nominations aux différents postes politico-administratifs, les militants ont réitéré leur appartenance à la Mouvance présidentielle et leur soutien au président de la République jusqu’au terme de son mandat en 2016. S’il y a à se réjouir de leurs travaux les 14 et 15 février derniers, les militants ne le sont pas moins. Pour l’ensemble des participants à ce congrès, l’évènement a été un saut qualitatif radical dans le parcours politique du parti puisque lui ayant permis, souligne-t-on, de mieux s’armer pour faire face en toute sérénité aux grands enjeux et défis nationaux se profilant à l’horizon.

Sous l’égide de ses présidents d’honneur Théophile Nata et Moïse Mensah, les travaux du congrès ont permis aux membres d’insister sur la nécessité de professionnaliser le fonctionnement du parti, afin de le rendre proactif et plus performant. Ainsi le bureau exécutif de l’IPD présidé par Théophile N’Da qui s’est vu renouveler son mandat à la tête du parti, a la mission de mettre en place un plan stratégique de gouvernance de qualité, de doter le parti d’un manuel de procédures, d’un plan stratégique de communication, d’un guide de promotion de ses militants, d’améliorer son système d’information et de communication interne, d’élaborer une stratégie d’installation et de promotion des structures décentralisées du parti.
A l’ouverture des travaux du congrès, Moïse Mensah, président d’honneur du parti, a invité les militants à dépasser les frustrations pour se mettre résolument au service du pays. Il a salué la résistance du parti à toutes les intempéries. Des propos également tenus par Théophile N’Da qui a relevé qu’il n’est pas vain de souligner que l’IPD a été sérieusement ébranlé par l’environnement politique national.

Le voir reprendre son envol pour un repositionnement sur l’échiquier politique national n’est qu’une plus-value à la consolidation des acquis démocratiques. Le congrès a été marqué par une procession des leaders et militants du parti, samedi 14 février dernier, à travers la ville de Natitingou. Divers représentants de partis politiques ont, au cours de leurs déclarations de soutien à la formation, appelé à la vigilance pour un triomphe des idéaux démocratiques.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1307 fois
Tags:
  • ,