Le chef de l'Etat dans son message à la Nation ce jour, à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l'accession du Bénin à la souveraineté internationale, a rejeté la voie référendaire qui se profilait avec le vote par les trois quarts des députés de la proposition de loi portant amendement de la Constitution du 11 décembre 1990, le jeudi 5 juillet dernier. Patrice Talon estime que vu le coût onéreux de cette consultation électorale et l'imminence des législatives de 2019 il n'est point avenant d'aller au référendum. En dépit des prérogatives à lui dévolues, le président de la République a jugé bon de surseoir au référendum qui s'impose faute de la majorité des quatre cinquièmes au parlement après l'étape de sa prise en considération par les trois quarts des députés.   

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2968 fois