Une menace de destitution plane depuis quelques jours sur la tête du maire de Malanville. Inoussa Dandakoè n’est plus en odeur de sainteté avec dix-sept conseillers qui réclament sa tête.

Faisant partie des départements qui ont été épargnés jusque-là par le vent de destitution de maires qui souffle sur les communes, l’Alibori est désormais sur le point d’être rattrapé. En témoigne la demande de convocation d’une session extraordinaire pour un vote de défiance déposée, ce lundi 9 avril, par 17 conseillers sur les 25 que compte la commune de Malanville.
Ils invitent le maire Inoussa Dandakoè à convoquer conformément aux dispositions de l’article 53 de la loi 97-029 du 15 janvier 1999, portant organisation des communes en République du Bénin, une session à l’effet de lui retirer leur confiance.
Entre autres griefs, ils lui reprochent sa gestion solitaire, sa gestion des ressources humaines et financières de la commune et la non-reddition de comptes. Il y a aussi un certain mépris des décisions du Conseil communal ainsi que sa mauvaise gestion des réserves publiques ou administratives de la commune par rapport auxquels ils ne comptent plus garder le silence, relèvent les conseillers frondeurs.
Autant de motifs pour lesquels, ils ont donc décidé de se lancer à ses trousses. La prochaine étape du processus les conduira devant le préfet de l’Alibori, Moussa Mouhamadou qui va tenter une médiation à la crise.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3120 fois