Les présidents des Institutions de la République ont sacrifié ce matin à la tradition en présentant au Chef de l'Etat leurs voeux pour la nouvelle année. Occasion pour le président Patrice Talon de revenir sur les réformes qu'il a engagées et qui malheureusement buttent contre l'opposition d'une frange de l'élite nationale. Lire en intégralité son discours en réponse à ces vœux exprimés par Adrien Houngbédji, président de l'Assemblée nationale représentant ses pairs à cette cérémonie....

Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Madame et messieurs les Présidents des Institutions de la République,

La présente cérémonie se tient à un moment où une partie de notre élite intellectuelle, syndicale et politique s’interroge encore et de manière vive, sur la pertinence des choix qui, quoique difficiles, concourent à la construction progressive et durable de notre cher pays.

Notre situation ne nous laisse aucun choix en ce moment où l’aide internationale se fait rare, où nos bras valides immigrent massivement vers l’Europe au péril de leur vie, où nos pays d’Afrique sont traités avec mépris.

 

Monsieur le Président,

Ainsi que vous venez de le souligner, c’est bien cette réalité qui justifie notre action dont l’objectif vise à terme, à sortir nos populations de la pauvreté, à offrir à chaque citoyen les moyens et les opportunités d’un réel épanouissement et à assurer la crédibilité de l’Etat.

Ces choix difficiles sont en effet nécessaires au redressement de notre Nation.

Au soutien de ce programme, les réformes engagées dans les domaines essentiels à notre vie commune ne suffisent pourtant pas, seules, à inscrire dans la durée le redressement entamé et le rayonnement espéré.

Il faut encore que l’Etat, dans son organisation, dans sa gestion, dans son administration et dans le comportement de ses agents, rende compétitif notre espace économique et social, de manière à assurer la réforme intellectuelle dont vous avez si justement rappelé la nécessité.

C’est le sens des réformes structurelles initiées et adoptées par l’Assemblée nationale, notamment en ce qui concerne le statut de la fonction publique.

Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Madame et messieurs les Présidents des Institutions,

Je voudrais particulièrement saluer cette convergence institutionnelle dans le diagnostic et dans les solutions aux dysfonctionnements structurels de l’Etat.

Je veux espérer que cette convergence pertinente caractérisera davantage les relations entre les Institutions au cours de cette année 2018.

Chacun réalise bien que la richesse des peuples n’est pas seulement constituée des ressources du sol ou du sous-sol.

Elle résulte surtout de la pertinente et rigoureuse organisation de l’Etat.

Cette organisation est le seul terreau d’épanouissement des initiatives individuelles et collectives, ainsi que de la protection des plus vulnérables d’entre nous.

Monsieur le Président,

Vous avez parfaitement raison car, c’est bien d’une réforme intellectuelle qu’il s’agit pour assurer le développement du Bénin.

Nous devons considérer qu’à se contenter d’être une compilation de droits sans concession, aucune démocratie ne survit au temps.

En étant au service des sociétés, elle est nécessairement le reflet des exigences sociales, des contraintes convenues et des charges partagées.

Dans cet esprit, il est impérieux que nous nous concentrions sur les efforts particuliers à fournir pour conquérir, avec notre développement, notre dignité ; convenir avec réalisme, courage et détermination que nul ne fournira ces efforts à notre place.

C’est à cette conscience de la rigueur dans la Gouvernance à la tête de l’Etat, que j’appelle encore chacun au cours de cette année 2018.

En vous remerciant des vœux d’encouragement que vous venez d’adresser aux membres de mon Gouvernement et à moi-même, je forme à mon tour, à chacun de vous, aux membres de vos institutions respectives ainsi qu’à vos familles, les vœux d’une année accomplie et heureuse au service du Bénin.

Je vous remercie.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2226 fois