Les populations de la Donga retrouvent leur satisfaction à travers les services à elles rendus par la Préfecture de Djougou depuis son ouverture. En dépit de services non encore pourvus en personnel, l’essentiel y est assuré.

Exhibant sa nouvelle carte d’identité, Aboudou S. se dit fier de l’avènement de la Préfecture de Djougou et se plaît à exprimer sa joie. « Fini le calvaire des aller-retour entre Djougou et Natitingou pour nous faire délivrer une carte d’identité. Aujourd’hui c’est possible d’avoir ce service à sa portée », indique-t-il. Tout comme lui, beaucoup se félicitent de ce pas fait en ce qui concerne la déconcentration des services de l’Etat.

« Au jour d’aujourd’hui je peux dire que les services essentiels dont on attend de la Préfecture de Djougou sont rendus aux populations du département de la Donga. Même s’il convient de souligner que tous les services définis par arrêté ministériel concernant l’organigramme des préfectures ne sont pas pourvus à cause du manque de personnel, nous nous organisons pour ne pas faillir à notre mission », confie Issaka Moussa Yaya, secrétaire général du département de la Donga.

Au nombre de ces services fonctionnels figurent celui de délivrance des cartes d’identité, de la Tutelle, du Secrétariat administratif, des Affaires générales et le service des Affaires financières.

Une moyenne de 950 cartes d’identité est éditée par mois au niveau du service de la carte d’identité, atteste le secrétaire général, au grand bonheur des populations jadis condamnées à s’établir cette précieuse pièce administrative à Natitingou, hier chef-lieu des départements de l’Atacora et de la Donga. Ces cartes, précise-t-on, sont délivrées et imprimées à Djougou.

Par ailleurs en ce qui concerne l’approbation ou non des actes des communes, le service de la Tutelle y veille et est appuyé par le service de la Planification et du Développement local aujourd’hui appui de choix des communes dans l’élaboration des PDC 3ème génération. « Les actes des communes qui sont soumis à l’approbation du préfet sont étudiés ici au niveau de ce service et nous prenons régulièrement des arrêtés d’approbation ou d’annulation », soutient Issaka Moussa Yaya. 

A ceci s’ajoute le service des Affaires financières qui permet aux services déconcentrés de l’Etat de consommer leurs crédits et mener leurs opérations financières convenablement. Mais son seul handicap reste la non-installation à Djougou de la plateforme départementale du SIGFIP.  Ce qui induit qu’une partie des opérations de la procédure de consommation des crédits se fasse à Natitingou où exerce le délégué du contrôle financier pour le compte des deux départements. Une situation en voie de règlement d’autant plus que cette plateforme est en voie d’être également installée à la préfecture.

Les services des Ressources humaines et de l’Informatique attendent d’être pourvus en personnel qualifié et dotés d’équipements adéquats pour l’exécution de tâches y relatives. Mais en attendant ces ressources humaines et matérielles, force est de noter un cumul de fonctions au niveau de certains chefs services pour aider à l’animation desdits services.

A ce jour quinze agents dont le personnel de commandement donnent de leur énergie pour faire de la Préfecture une entité à part entière exerçant pleinement ses fonctions.

Les réunions de la Conférence administrative départementale (CAD) se tiennent régulièrement mais de façon conjointe et alternativement à Djougou et à Natitingou puisque la plupart des directeurs départementaux le sont encore pour les deux départements.

Tout en espérant voir les autorités au plus haut niveau renforcer son exercice à travers le recrutement spécial d’agents envisagé par le Gouvernement pour pourvoir aux différents postes et la dotation d’équipements au profit des services et de matériel roulant au personnel de commandement et la nomination de directeurs départementaux des services déconcentrés de l’Etat pour la Donga, la Préfecture de Djougou et son personnel comblent vaille que vaille les attentes des populations et des entités décentralisées. 

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 5623 fois