La révocation du maire de Cotonou comme redoutée par certains est actée depuis ce mercredi 2 août en Conseil des ministres. Le fils aîné de l’ancien président de la République Nicéphore Soglo, dont il a été le 1er adjoint lors des deux mandats de ce dernier à la tête de la municipalité de Cotonou (de 2003 à 2015), a vu son mandat écourté après avoir été suspendu vendredi 28 juillet dernier par le ministre en charge de la Décentralisation pour fautes graves.

Lehady Vinagnon Mitoun SOGLO, né le 18 décembre 1960 à Paris, qui perd ainsi ses prérogatives de président du conseil municipal, devra se contenter d’y siéger au titre de conseiller, en attendant d’épuiser toutes les voies de recours susceptibles de le réhabiliter.

Déjà remplacé à la tête de la mairie par son premier adjoint, Isidore Gnonlonfoun, qui assure son intérim après sa suspension de deux mois par le ministre en charge de la Décentralisation, il connaît à travers cette révocation un nouveau revers dans sa carrière politique. Point n’est besoin de rappeler qu’il a été évincé de la tête de son parti, la Renaissance du Bénin (RB) par des membres dits réformistes et qu’une procédure judiciaire est en cours pour établir sa légitimité en tant que président de ladite formation politique.

Économiste de formation, titulaire d’un Bachelor en sciences politiques obtenu en 1986 à l'Université de Québec, d’un Master en Sciences Économiques en 1988 à l'Université de Montréal, d’un diplôme en Management à MC Gill University obtenu en 1989 et d’un diplôme de « Master in Public Policy, de la prestigieuse Kennedy School of Government de l’Université d’Harvard, il est membre fondateur de la RB.

Membre à deux reprises du bureau politique de cette formation en tant que 2ème Secrétaire exécutif national adjoint, il a été élu conseiller municipal du 12e arrondissement de Cotonou en mars 2003, puis porté par ses pairs du Conseil municipal au poste de 1er adjoint au maire, poste qu’il a d’ailleurs maintenu à la faveur du renouvellement du conseil municipal en 2008.

 

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1869 fois