L’élue de la 18e circonscription électorale, Rosine Dagniho, a animé samedi 22 juillet dernier à Doutou, dans la commune de Houéyogbé, son premier meeting politique digne du format attendu depuis l’alternance intervenue au sommet de l’Etat. Occasion pour elle de s’expliquer sur son positionnement par rapport au régime actuel.

Le député Rosine Dagniho fait partie des soutiens du régime défunt qui affichent une tendance favorable au Gouvernement dit du Nouveau départ. On se souvient qu’elle a accordé sa voix pour le vote de plusieurs textes de lois et projets de ratification d’accord. Elle a confirmé, samedi dernier, avoir voté en faveur du projet de loi portant révision de la Constitution.
Mais ce revirement au profit du vainqueur de la dernière présidentielle face au candidat de l’alliance des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), son creuset politique, n’est pas si évident pour les militants à la base. Interpellée au cours du meeting qui s’est tenu au complexe scolaire de Doutou, Rosine Dagniho s’est expliquée.
« C’est pour vous, pour votre bien-être que j’ai opéré ce choix politique. Qu’il vous souvienne qu’au cours de la campagne présidentielle, j’avais promis de soutenir le président élu s’il consacre son mandat aux actes tangibles de développement du pays. Vous convenez avec moi que l’équipe au pouvoir avance dans ce sens », s’est-elle défendue. Pour elle, le Programme d’action du Gouvernement (Pag) apporte des solutions notamment aux besoins de microfinance, à la fourniture continue et intégrale de l’énergie électrique et de l’eau puis à l’employabilité des jeunes. Toutes choses qui, dira Rosine Dagniho, constituent des priorités pour sa circonscription électorale. S’agissant du volet relatif à l’emploi, elle s’est déclarée engagée à accompagner le Gouvernement en acquérant à Bopa et à Houéyogbé des dizaines d’hectares de domaine sur lesquels seront installés des groupements de jeunes portés sur l’entrepreneuriat agricole. « C’est inconcevable que nous importions du maïs et du piment des pays voisins alors que le Bénin dispose de terres arables. Nous allons cultiver pour notre propre consommation et le marché international », projette Rosine Dagniho. Ces explications semblent emporter l’adhésion de certains qui ont exprimé leur sentiment par des acclamations. D’autres militants ont prié le député de faire entendre au Gouvernement que leur circonscription électorale, encore moins la commune de Houéyogbé, ne font pas de l’opposition au régime.

Rosine Dangiho en difficulté avec ses alliés ?

Les autorités communales de la 18e circonscription électorale ont brillé par leur absence au meeting du député Rosine Dagniho. Aucune figure emblématique de l’animation politique dans les communes de Bopa, Houéyogbé et Lokossa n’était présente à ses côtés, samedi dernier. Son suppléant aux élections législatives, Parfait Gbokédé, ainsi que l’ancien ministre Paul Hounkpè, avec qui elle effectuait ses descentes dans la circonscription, ont manqué, eux aussi, à l’appel.
Il a été noté par le passé l’absence du député lui-même à certains grands rendez-vous politiques, comme lors de la tournée d’échanges autour du Programme d’action du Gouvernement effectuée dans le Mono par cinq ministres ressortissants du département. Cette politique de chaise vide avait été condamnée par son collègue Dakpè Sossou et d’autres personnalités de la circonscription électorale. Cet état de choses pourrait faire croire que Rosine Dagniho est en difficulté avec ses alliés immédiats ou tout au moins qu’elle a du mal à assumer pleinement les conséquences de son nouveau positionnement sur l’échiquier politique. Sinon, quel mal y a-t-il à affirmer clairement sa position avec ses alliés? Mais au cas où faire cavalier seul serait l’option choisie par le député, seule l’issue des prochaines élections permettra de juger de l’opportunité de sa stratégie et de son charisme dans l’arène politique.
D. V.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2713 fois