Le colonel Hervé Kérékou a été inhumé ce samedi 22 juillet dans le caveau familial sis au quartier Dassagaté dans la commune de Natitingou, à la suite d’hommages à lui rendus par ses frères d’armes.

 

Sous une fine pluie ce samedi, le colonel Hervé Kérékou, disparu le 10 juillet dernier des suites d’une maladie, a été inhumé et repose désormais aux côtés de son illustre défunt père, le général Mathieu Kérékou. Conduit en sa dernière demeure par ses frères d’armes au quartier Dassagaté, il a eu droit aux hommages militaires. Une cérémonie qui a eu lieu dans la cour de la cathédrale de Natitingou sous l’égide du chef d’état-major adjoint de l’armée de terre. Trois sections de l’armée ont conduit en effet ces hommages à lui rendus par le camp militaire Kaba de Natitingou dirigé par le commandant Célestin Agoligan. Prélude à la messe dite en sa mémoire, ces hommages ont été l’occasion pour le haut commandement militaire de reconnaître à l’ancien délégué militaire du Mono-Couffo tous ses mérites. « Nous sommes réunis ici pour rendre hommage à un homme qui avait choisi de servir son pays en exerçant un métier difficile et noble, celui des armes. A vous, ses parents, ses enfants, sachez que le colonel Aimé Hervé Nato Kérékou fut un militaire remarquable », a souligné le commandant Toussaint Gbèssèméhlan. De ses témoignages on retient que « le colonel Hervé Kérékou ne fut pas parfait mais ses œuvres perfectibles qu’il nous a laissées, sont là pour témoigner de la qualité de l’homme qu’il fut ». Dynamique et volontaire, il laisse le souvenir d’un grand professionnel dont la rigueur et le caractère font de lui un officier de référence.

Officier formé en République populaire et démocratique de Corée, le défunt, selon le père célébrant Bruno Amanongbé, est un exemple dont le parcours inspire respect. Il appellera ses proches à accepter l’évidence qu’est la mort et à ne retenir que ce qu’il a fait de sa vie.

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Lu 2215 fois