Les réformistes de la RB ont tenu le pari de l’organisation du congrès. Abomey, cité historique et fief du parti a regroupé ce samedi les acteurs de la Renaissance du Bénin pour donner un nouveau départ au parti perçu jusqu’ici comme la propriété des Soglo. Un nouveau départ pris donc sans les Soglo.

Tiendra-t-il ou ne tiendra-t-il pas ? Le congrès de la renaissance annoncé par les réformistes s’est effectivement déroulé ce week-end à Abomey. Georges Bada, président intérimaire et Luc Atrokpo, secrétaire exécutif du parti, ont été clairs : ce nouveau départ pris vise à faire rentrer dans l’histoire et par la grande porte, les présidents fondateurs, leaders charismatiques, Rosine et Nicéphore Soglo. « Même s’ils ne semblent pas comprendre aujourd’hui, ils finiront par nous donner raison un jour. Certes, nous ne sommes pas leurs enfants biologiques mais nous demeurons leurs enfants, donc aussi des héritiers. Alors, nous ne sommes pas des locataires mais des dignes héritiers, des propriétaires », insistent-ils.

D’ailleurs, le président du comité d’organisation, Abraham Zinzindohoué avait déjà indiqué le chemin en faisant noter que ce congrès a la légalité et la légitimité de son côté. C’est pourquoi, ajoute-t-il, ce congrès est placé sous le double défi de légalité et de la légitimité. La légalité au regard non seulement des textes du parti et de la charte des partis politiques mais aussi au regard de l’article 5 de la Constitution du Bénin. Et la légitimité sur la qualité et l’effectif des militants venus de tous les départements.  

Ce congrès qui se déroule à Abomey a sonné le regroupement d’acteurs de la classe politique béninoise. Orden Alladatin, Charles Toko, Arifari Bako et bien d’autres ont marqué de leur présence ce congrès. Aussi, autour de Georges Bada et Abraham Zinzindohoué,  des anciens camarades comme nouveaux de la Renaissance du Bénin. Valentin Somassè, Juste Guédou, Epiphane Quenum et autres étaient présents pour témoigner et saluer cette action salutaire des réformistes. Une action qu’eux-mêmes avaient entreprise sans l’avoir réussie faute de stratégie porteuse. 

Témérité et courage salués aussi par les représentants des partis amis présents. Le Prd, l’Undb, le Rdr, le Fdu, l’Aar, le Cbs, Alternative citoyenne et bien d’autres ont encouragé les réformistes à aller jusqu’au bout de ce défi. Car, diront-ils, il faut travailler à redonner le pouvoir aux partis politiques et  aller au regroupement des grands ensembles politiques afin d’accompagner le régime de la Rupture dans ses actions de développement. Et, pour y parvenir, il faut nécessairement en finir avec les présidents-propriétaires.

Il faut noter que les travaux se poursuivent en commissions et prendront fin ce dimanche. Une nouvelle équipe sera mise sur pied pour mettre en œuvre les réformes majeures qui seront décidées à l’issue des travaux.

 

Évaluer cet élément
(4 Votes)
Lu 2244 fois