La cassure du groupe parlementaire "Unité, nation et développement " de Rosine Vieyra soglo n'aura pas duré bien longtemps.  Guy Mitokpè de Restaurer l'Espoir va combler le vide laissé par le député de l'Alliance pour un Bénin triomphant Ahmed Tidjani Obo Affo qui a rejoint il y a peu  le groupe parlementaire "La voix du peuple" présidé par Issa Salifou.

 

Si en géométrie les droites parallèles ne se rencontrent jamais, elles convergent en politique lorsque les circonstances l'exigent. C'est la leçon politique que donne le rapprochement entre Rosine Vieyra Soglo et son ancien collaborateur à la Renaissance du Bénin, Candide Azannaï. Le sémillant président de Restaurer l'Espoir, lors du congrès de son parti, samedi dernier, a en effet promis que son suppléant à l'Assemblée nationale rejoindra le groupe parlementaire de la doyenne des députés. Grâce à ce renfort, la dame de fer de la Renaissance du Bénin va pouvoir retrouver son fauteuil de président de groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. Un statut qu'elle a perdu depuis la démission du député Ahmed Tidjani Affo, mardi 30 mai dernier.  

Si cette promesse arrivait être formalisée, le groupe parlementaire "Unité, nation et développement" sera à nouveau viable après quelques jours de disparition. Guy Mitokpè devra alors démissionner de son groupe parlementaire actuel, l'Union fait la Nation". C'est un préalable avant la validité du prochain groupe.

Recomposition ici et là

Ce geste de Candide Azannaï est loin d'être surprenant, car le rapprochement RB et Re se profile depuis quelques jours. Ainsi, le dimanche 28 mai dernier, Candide Azannaï s'est rendu au domicile de Léhady Soglo,  président "déchu"de la Rb. Même si rien n'a filtré de cette rencontre, les observateurs de la vie politique se doutent de ce que les deux hommes ont parlé politique, suite à la destitution controversée de Léhady Soglo par des barons du parti et la situation peu confortable de Rosine Soglo au sein de son groupe parlementaire. C'est un revirement spectaculaire, car les deux personnalités souffraient à peine de se voir en portrait, depuis onze ans  que  Candide Azannaï, alors secrétaire général de la Rb, a décidé de rompre les amarres avec ce parti présidé par Rosine Vieyra Soglo à l'époque.  L'eau semble avoir depuis coulé sous les ponts, au point de favoriser ce rapprochement entre les deux adversaires politiques d'hier.

Avec le départ de  l'honorable Guy Mitokpè de l'Union fait la Nation, le groupe "Unité, nation et développement " de Rosine Vieyra Soglo, qui verra ses membres passer de huit à neuf, pourra retrouver vie.  Pour autant, Rosine Soglo est-elle à l'abri d'une nouvelle déconvenue? A priori non, au regard des dissensions  internes à ce groupe. Il est certes vrai que les députés Boniface Yéhouétomé, Gildas Agonkan et Adolphe Djiman, bien que membres du groupe des frondeurs contre Léhady Soglo, ont rassuré la présidente Rosine Vieyra Soglo de ce qu'ils ne la quitteront pas pour un autre groupe parlementaire. Mais la doyenne d'âge de l'Assemblée nationale devra s'assurer qu'elle a toujours la confiance de ses deux collègues Nazaire Sado et Janvier Yahouédehou, également membres de son groupe. Ce qui est loin d'être évident. On en veut pour preuve les propos discourtois que lui avait lancés le député Janvier Yahouédéhou le 4 avril dernier lors de l'examen du dossier de prise en considération de la révision de la Constitution du Bénin. Le président du parti Réveil patriotique (RP) avait attaqué la présidente de son groupe parlementaire lorsque celle-ci  a taxé ses collègues y compris elle-même, de corrompus et d'avoir reçu de l'argent pour adopter le dossier du chef de l'État. Cette réaction du député de la 24e circonscription électorale est révélatrice d'un certain malaise, profond, au sein de ce groupe. On se demande si le vent de recomposition politique et de redistribution des cartes qui souffle actuellement à l'Assemblée nationale, ne va pas amener le député Janvier Yahouédéhou à lâcher la dame de fer de la RB pour se repositionner...Ce qui risque de compliquer encore les choses pour " Maman" qui ne fait pas d'ailleurs partie du Bloc de la majorité parlementaire (BMP) créé pour soutenir les actions du chef de l'État.   Quant à Nazaire Sado, il est utile de savoir qu'il a démissionné de la RB au lendemain des législatives de 2015 pour créer son propre parti et, autre carte peu sûre, reste Wallis Zoumarou, député de l'Alliance pour un Bénin triomphant, et membre de la BMP. 

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Lu 1554 fois