Les choses se clarifient de plus en plus à l’Assemblée nationale. Quinze députés Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), bras politique de l’ancien président de la République, Boni Yayi, et alliés ont décidé de suspendre désormais leur participation aux activités de cette alliance. Ils déclarent tous leur soutien aux actions du Gouvernement du président Patrice Talon. Ils ont fait un point de presse à l’issue de la séance plénière de ce jeudi 11 mai au Palais des gouverneurs à Porto-Novo.

Selon la déclaration lue par l’honorable, Benoît Dègla, les quinze députés signataires du document fustigent la manière dont l’alliance est gérée au lendemain de la présidentielle de 2016 qui a consacré l’élection du président Patrice Talon contre le candidat Lionel Zinsou soutenu par la coalition politique. « Les leçons tirées de cette mauvaise gestion de notre alliance attendent toujours d’être tirées. Mieux, le retrait de certaines forces politiques membres  fondateurs de l’alliance a entamé la politique d’autodestruction de l’alliance Fcbe. Les députés qui  pourtant, constituent le  principal reliquat  politique de l’alliance après les dix ans de gouvernance du président Boni Yayi subissent durement les conséquences de la mauvaise gestion de notre alliance au sein du Parlement », dénoncent Benoît Dègla et ses collègues Fcbe signataires de cette déclaration. Il s’agit en l’occurrence d’Adam Bagoudou, Gilbert Bagana, Bida Yousoufou, Rosine Dagniho, Pascal Essou, Rachidi Gbadamassi, David Gbahoungba, Barthélémy Kassa, Sabaï Katè, Jean-Eudes Okoundé, Valère Tchobo et André Okounlola ainsi que leurs alliés à savoir Octave Houdégbé de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) et Lucien Houngnibo de l’Union pour le Bénin (Ub). Ils fustigent surtout le comportement de certains membres de la coordination nationale de l’alliance qui, unilatéralement, ont décidé de faire adhérer l’alliance au Front baptisé « Sursaut patriotique » qui a milité en faveur du rejet du projet de révision de la Constitution. « Ce faisant, la coordination nationale a logiquement et consciemment dynamité le groupe des 29 députés Fcbe et alliés,  et les  résultats du vote de la prise en considération du projet de révision de la Constitution ont révélé la profondeur de la fracture politique au sein de ce groupe », poursuit leur porte-parole, Benoît Dègla. Les quinze députés proclament désormais leur soutien « indéfectible » au président Patrice Talon et à son programme d’actions. Ils n’entendent pas « se laisser manipuler pour servir des intérêts inavoués et résolument frappés d’insincurité politique »?

Th. C. N.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 263 fois