VOEUX 2016

Troisième conseil sectoriel sur le dialogue social: Les enseignants indélicats du secondaire visés par des mesures

Écrit par 
Publié dans Education
mercredi, 11 janvier 2017 03:38

Les enseignants indélicats du secondaire qui s’adonnent au rançonnement de leurs apprenants sont désormais dans le collimateur de l’autorité de tutelle. Le conseil sectoriel sur le dialogue social du ministère de l’Enseignement secondaire, technique et de la Formation professionnelle tenu du 3 au 5 janvier dernier à Bohicon s’est, entre autres, penché sur cette question. Des instructions ont été données aux directeurs départements pour relever de leurs fonctions tout enseignant qui se serait rendu coupable de rançonnement sur ses apprenants et contre lequel des preuves seraient réunies.

En dehors de cette question, les assises se sont intéressées au reclassement des ACE, à la reconnaissance des diplômes, au retour en formation des ACE formés en 2012 au Brevet d’aptitude au professorat du secondaire (Bapes) en vue de l’obtention du Certificat d’aptitude au professorat du secondaire (Capes), aux statuts particuliers. Elles ont débattu aussi de la correction des arrêtés concernant les professeurs principaux, les animateurs d’établissement (AE), le redéploiement des nouveaux lauréats des concours, la définition des interlocuteurs entre le cabinet et les directeurs départementaux.
La fin des travaux a été sanctionnée par quelques recommandations. Il s’agit, entre autres, de réactiver et de renforcer la commission de reclassement, de mettre à sa disposition des moyens adéquats, de reconstituer la carrière des enseignants dont les diplômes (académique et professionnel) obtenus après le recensement n’ont pas été pris en compte. Les recommandations portent aussi sur la révision des arrêtés à polémique, l’accélération de la rédaction des avant-projets d’arrêtés d’application des statuts.
Diplômes de Licence et de Master au Bénin: Un examen national pour les obtenir désormais

A compter de cette année académique, l’obtention des diplômes de Licence et de Master au Bénin est désormais subordonnée à un examen national. Dès lors, il n’est plus question que les établissements privés d’enseignement supérieur délivrent ces diplômes à leurs étudiants. Mieux, l’Etat béninois ne cosignera plus ces diplômes avec ces établissements.
Selon le directeur général de l’enseignement supérieur, le professeur Jean-Baptiste Mensah, le critère principal pour passer cet examen national est l’obtention de l’attestation de Licence ou du Master délivrés par les établissements privés à leurs apprenants ayant rempli la condition du nombre de crédits. Cette mesure permet, selon lui, de garantir une formation de qualité aux étudiants. Le Bénin a besoin des ressources humaines bien formées qui pourront mettre leurs compétences au service de son développement.
A. A.

Lu 632 fois

L'ONIP

L'ONIP

La Nation Magazine