VOEUX 2016

22e éditions de la fête du vodoun: Les adeptes de Mami s'activent

Écrit par 
Publié dans Culture
lundi, 09 janvier 2017 05:44

Demain mardi 10 janvier, les adeptes du culte vodoun et assimilés vont célébrer leurs différentes divinités. Ils mettent les petits plats dans les grands pour faire de cette 22e édition une parfaite organisation, comme dans ce temple de la déesse Mami Wata à Fidjrossè où dame Emma Kétévi et autres s’affairent.

La mise en place a déjà commencé dans la soirée du vendredi dernier à la plage de Fidjrossè de Cotonou où est situé le temple de la divinité Mami Wata de dame Emma Kétévi. Toute la nuit et ce jusqu’à 6 h du matin le samedi dernier, les adeptes ont dansé et chanté pour magnifier leur divinité. Parfums, poudres blanches, œufs, boissons sucrées, somme d’argent,... tout le nécessaire pour le culte est disponible. Selon Emma Kétévi, «C’est le prix à payer pour la voyance simple. Mami Wata demande parfois des choses plus importantes ». Elle évoque le rite de purification, ou encore de la chasse des mauvais esprits.
Samedi dernier à 7 h, les adeptes, qui sont généralement des femmes accompagnées de quelques hommes, sont allés à la rencontre, au niveau du carrefour fin pavé à Fidjrossè, de leur ‘’Hounon-gan’’ Saturnin Kétévi, qui est allé « se faire introniser à Anécho au Togo ». Il est donc venu avec la ‘’Tangni-non’’, dame Louise Kétévi, pour lancer les cérémonies officielles qui ont eu lieu toujours le samedi passé à 16 heures, indique Emma Kétévi. Au programme des festivités, il y a eu des démonstrations des gardiens de nuit (Zangbéto).
Lors de la célébration, les Mamissis (adeptes de Mami) étant des « voyants», essaieront de prédire l’avenir : les évènements heureux ou malheureux. «En fonction des révélations, nous faisons des sacrifices pour exorciser le mal», confie Emma Kétévi. Elle rappelle que chaque adepte de Mami Wata doit disposer d’une chambre spéciale dans sa maison. Sur une grande table de la chambre doit se trouver une vingtaine de différents parfums, de poudres blanches, des jouets, des nounous, des fleurs, bref tout ce qui pourra embellir une table et surtout un miroir qui sert à voir des choses mystiques.
En marge de la fête, les jeunes sont aussi initiés. Pour le faire, précise Emma Kétévi, une potion faite de mélange d’herbes, de parfum et de poudres est préparée dans un canari pour laver le concerné. Cette pratique se fait à la maison quand il s’agit d’un lavage simple, ou à la plage s’il s’agit de la consécration de l’individu à la divinité, précise-t-elle. Chants, danses, immolations de bêtes, sont au menu pour invoquer la divinité et implorer sa grâce sur les fidèles et tout le pays en général.

Lu 698 fois

L'ONIP

L'ONIP

La Nation Magazine