La Grande muraille de Chine a été samedi 9 mai dernier, le centre d’attraction des vingt-cinq participants béninois au séminaire organisé par l’Institut de recherches et des formations de l’administration d’Etat de la presse, de la publication, de la radio, du film et de la télévision. Le passage «Juyong Guan», a constitué l’étape majeure de leur périple.

«Ceux qui ne marchent pas sur la Grande muraille de Chine ne sont pas de braves hommes». Tel est le dicton chinois pour inciter les gens à franchir toutes les étapes menant vers cet édifice. Tant il est difficile à monter et exige un maximum d’attention et de sécurité autour de soi. Sa structure architecturale est impressionnante par sa longueur, sa surface et sa masse.
Située dans le district de Yan qing, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Beijing, la Grande muraille de Chine se trouve au sommet de la montagne, s’étend d’Ouest à l’Est et traverse huit différentes provinces du pays.
Précieux patrimoine de la Nation chinoise, elle a été construite à partir de la première dynastie Qin (221-207 avant Jésus Christ) et a connu une rénovation pendant la dynastie des Ming (1368-1644). La Grande muraille actuelle a été construite principalement sous la dynastie Ming, avec une longueur totale d’environ 12 000 km.
« Juyong Guan » est un de ses passages les plus connus. Sa partie principale se compose de murs, de pistes cavalières, d’abris,….Les vingt-cinq participants béninois au séminaire organisé par l’Institut de recherches et des formations de l’administration d’Etat de la presse, de la publication, de la radio, du film et de la télévision, l’ont aussi essayé.
L’histoire de la Chine renseigne que c’est l’unique joyau construit par l’homme sur la terre que l’on peut apercevoir depuis la lune. Elle présente une dimension assez vaste du continent asiatique et offre un exemple fin d’urbanisme incorporé au panorama. Véritable œuvre d’art, ce lieu selon les Chinois, est une merveille à plusieurs égards : en raison du caractère impressionnant et de la perfection de l’édifice. La Grande muraille a une signification symbolique incomparable dans l’histoire de la Chine aux yeux des nationaux. Il est érigé avant tout pour protéger le pays des agressions extérieures.
«Il est construit pour préserver l’empire chinois de l’invasion des barbares», a expliqué le guide local de Beijing, Yin Yao. Il reflète les conflits entre les civilisations agricoles et nomades de la Chine antique et regorge également des informations historiques et culturelles.
Ses éléments historiques érigés à différents endroits, de même que son système complexe de défense qui englobe murs, forteresses (fortin) demeurent toujours perceptibles.
Pour éviter que certaines de ces portions tombent en ruine, l’Etat chinois y investit chaque année des millions de yuan pour les reconstruire en vue de leur protection, a expliqué François Jiang Zhixing, le responsable de la délégation. Elle accueille environ 10 000 touristes par jour en été et
3 000 en hiver.
Il souligne aussi que sa construction est un mythe comme la construction des Pyramides d’Egypte. D’après l’histoire, a-t-il poursuivi, beaucoup d’esclaves et de soldats ont participé à sa construction.

La Chine en bref

Située en Asie orientale et sur la rive ouest du Pacifique, la Chine couvre 9 600 000 km2, avec une longue côte de 18 000Km. La Chine a une civilisation de plus de 5000 ans et était l’un des quatre anciens Etats de l’histoire du monde. La République populaire de Chine a été fondée le 1er octobre 1949, avec Pékin comme capitale. Elle est devenue l’une des puissances économiques aux potentiels considérables grâce à son développement économique à grande échelle.
La Chine est dotée d’immenses ressources naturelles et de nombreuses réserves minérales dont beaucoup sont encore inexploitées. Dans le pays, des montagnes majestueuses alternent avec des plaines, des bassins, des collines et des plateaux qui occupent 2/3 de sa superficie.

Par Maryse ASSOGBADJO (envoyée spéciale en Chine)

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4754 fois
Tags:
  • ,