Le Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) et la Société ASUSU Sa, une institution de micro finance du Niger ont signé vendredi 16 janvier dernier à Cotonou, un accord de garantie. Cet accord d’un montant d’un milliard de francs CFA permettra à l'institution nigérienne de bénéficier d’un crédit de deux milliards de francs CFA auprès de Coris Bank international pour le renforcement des crédits consentis à sa clientèle.

La direction générale du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) continue d’intensifier ses interventions au profit de ses Etats membres. Après l’année 2014 consacrée à la mobilisation des ressources et à la capitalisation, le Fonds vient de mettre à la disposition de ASUSU Sa, une institution de micro finance du Niger, une garantie d’un milliard de francs CFA afin de lui permettre de bénéficier d’un crédit de deux milliards auprès de Coris Bank international. Cet accord de garantie fait suite à celui signé avec les Moulins modernes du Mali pour un montant de 3,5 milliards de francs CFA en décembre 2014.

A la cérémonie de signature de l’accord vendredi dernier, le directeur général du FAGACE, Henri-Marie Dondra a fait savoir que cet aval porte le niveau des interventions en garantie de son institution en faveur du Niger à 8,648 milliards de francs CFA. Et à travers cet accord, explique-t-il, le Fonds apporte son soutien aux populations à faibles revenus, n’ayant pas toujours accès au crédit et confirme sa détermination à œuvrer davantage dans le secteur de la micro finance. Pour lui, la micro finance dont l’importance pour les économies africaines n’est plus à démontrer, reste confrontée à des difficultés récurrentes dans la sous-région.

Solution à la faible bancarisation

Henri-Marie Dondra estime que la micro finance en Inde comme partout, demeure aujourd’hui la solution à la faible bancarisation des populations africaines. Et si elle est perçue par la majorité de la population comme le seul mécanisme financier orienté vers la réduction de la pauvreté ou la création de richesses, c’est certainement, selon lui, parce qu’elle donne à espérer à une masse de «laissés pour compte» exclus du système financier traditionnel.
Les institutions de micro finance comme ASUSU Sa selon le directeur général du FAGACE, grâce à leur proximité, essaient de soulager le quotidien des populations laborieuses à travers les villes et les campagnes. C’est pourquoi le FAGACE est fier d’apporter son soutien à cette institution de micro finance.
En effet, ASUSU Sa, selon sa directrice générale Reki Moussa Hassane, est née de la mise en œuvre de la composante micro crédit du Projet de réduction de la pauvreté du Niger, sous financement du Groupe de la Banque africaine de développement et du gouvernement nigérien. Ainsi, la société a connu une évolution spécifique au triple plan institutionnel, organisationnel et opérationnel.
Société commerciale à vocation sociale, et dernier fleuron du secteur de la micro finance du Niger, ASUSU Sa, selon Reki Moussa Hassane, est aujourd’hui leader local et s’emploie à maintenir cette position. Sa mission: «offrir de manière efficiente, des services inclusifs adaptés aux besoins des populations à faibles revenus et des micro entrepreneurs en milieu rural et urbain en vue d’accroître le pouvoir économique et social d’au moins un million de clients bénéficiaires à l’horizon 2018». Pour la directrice générale de ASUSU Sa, cette ambition est confortée aujourd’hui par la signature et la mise en œuvre de l’accord de garantie du vendredi dernier.
Reki Moussa Hassane estime que la la signature de cet accord de garantie en début d’année laisse présager pour sa société une année riche de challenges et de défis à relever. Et c’est justement cette ligne de conduite qui a toujours, selon elle, forgé l’image de la société sanctionnée par d’excellents résultats au grand bonheur de la clientèle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3524 fois
Tags:
  • ,