Annoncé au démarrage des travaux du sommet de l’Union africaine, le Marché unique africain du transport aérien (Saatm) ou Single african air transport market est devenu une réalité depuis ce lundi 29 janvier. Il a été lancé par la Commission de l’Ua au terme des travaux du sommet, selon un communiqué de l’Agence du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad).

Le Marché unique africain du transport aérien ou Single african air transport market (Saatm) est le premier projet phare de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (Ua). Il vise à créer un marché unique et unifié du transport aérien en Afrique, à libéraliser l’aviation civile sur le continent et à faire avancer le programme d’intégration économique de l’Afrique.
En prélude au lancement du marché, la Commissaire chargée des Infrastructures et de l’Energie au sein de la Commission de l’Ua, Amani Abou-Zeid a souligné que l’industrie aéronautique soutient actuellement huit millions d’emplois en Afrique. Selon elle, « le lancement du marché unique va stimuler les opportunités de promotion du commerce, les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de services, y compris le tourisme, aboutissant ainsi à la création de 300 000 emplois directs supplémentaires et deux millions d’emplois indirects, une contribution importante à l’intégration et à la croissance socio-économique du continent ». 
L’Agence du Nepad, qui est en en passe de devenir l’Agence de développement de l’Union africaine, selon le communiqué, joue un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063 avec une attention particulière pour le développement du commerce et des infrastructures.
Selon le communiqué du Nepad en date de ce lundi 29 janvier, le Programme de développement des infrastructures en Afrique (Pida), développé par la Commission de l’Union africaine, l’Agence du Nepad, la Banque africaine de développement, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et les Communautés économiques régionales africaines, promeut l’intégration économique régionale par la construction d’infrastructures mutuellement bénéfiques qui permettent aux pays de commercer et d’établir des chaînes de valeur régionales pour accroitre leur compétitivité.

Accroître la participation de l’Afrique

Le Plan d’action 2020-2030 du Pida souligne la nécessité d’accroître la participation de l’Afrique au marché mondial, en accordant une attention particulière au transport aérien en Afrique. En outre, précise le communiqué, l’initiative Move Africa de l’Agence du Nepad soutiendra les activités du marché unique du transport aérien en Afrique.
« L’importance du transport aérien en Afrique ne doit pas être sous-estimée. Même si l’Afrique ne contribue qu’à 1 % du fret aérien mondial, ce chiffre représente également 35 % de la valeur des marchandises transportées vers le continent. En outre, 85 % du marché du tourisme en Afrique dépend du transport aérien », a déclaré Symerre Gray-Johnson, responsable du programme sur l’intégration régionale, les infrastructures et le Commerce, au sein de l’Agence du Nepad.
Aujourd’hui, 80 % du trafic aérien en Afrique est assuré par des compagnies aériennes non africaines. Quant aux compagnies aériennes africaines, elles transportent moins de 3 % du trafic aérien mondial bien que le continent représente plus de 17% de la population mondiale.
En 1999, la déclaration de
Yamoussoukro fut adoptée pour permettre une libéralisation complète de l’accès au marché entre les Etats africains, le libre exercice des droits de trafic, l’élimination des restrictions à la propriété et la libéralisation complète des fréquences, tarifs et capacités. Il s’agit de la plus importante initiative de réforme jamais lancée par les gouvernements africains dans le domaine du transport aérien mais sa mise en œuvre a connu des difficultés.

Une étape importante

Le lancement du Saatm, près de deux décennies après l’adoption de la Déclaration de Yamoussoukro, marque une étape importante pour accélérer la mise en œuvre complète de la déclaration.
Selon Ibrahim Assane Mayaki, Secrétaire exécutif du Nepad, « L’Afrique est le deuxième continent le plus grand et le plus peuplé au monde. Nous devons absolument créer un continent pleinement connecté et trouver les moyens d’intégrer et de simplifier les infrastructures de transport. La réalisation du Marché unique du transport aérien en Afrique dépendra de réformes politiques et réglementaires progressistes qui stimuleront la croissance de l’industrie aéronautique en Afrique. » Il poursuit en déclarant que « L’Agence du Nepad a collaboré avec la Commission africaine de l’Aviation civile (Cafac) pour mettre en œuvre la déclaration et continuera dans cette voie pour assurer le succès du Saatm».
A ce jour, 23 pays africains sur 55 ont souscrit au Marché unique du transport aérien africain tandis que 44 pays africains ont signé la déclaration de Yamoussoukro de 1999.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4839 fois