La 6e édition de la campagne de commercialisation des amendes de karité a officiellement été lancée à Banikoara, jeudi 14 septembre dernier. Elle a été effectuée par le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Industrie et du Commerce. Le prix de session de l’amende est fixé à 100 F CFA le kilogramme.

Considéré comme le troisième produit d’exportation du Bénin, le prix de session de l’amende de karité a été fixé à 100 F CFA le kilogramme. Il a été annoncé, jeudi 14 septembre dernier à Banikoara, au cours de la cérémonie marquant le lancement de la 6e édition de la campagne de commercialisation des amendes de karité.

Le karité occupe par le ramassage et la transformation de ses amendes, une grande partie des femmes rurales des départements du septentrion. Outre les entrées de devises pour le pays, il constitue l’une de leurs sources de revenus. C’est ce qui explique la volonté du gouvernement à œuvrer également pour l’émergence de la filière en la considérant au même titre que les autres. Le lancement de la 6e édition de la campagne de commercialisation de ses amendes, auquel il a procédé, jeudi 14 septembre dernier, à Banikoara, en est la preuve.  

Selon le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Industrie et du Commerce, Nicolas Dandoga, ce lancement traduit la volonté sans cesse renouvelée du gouvernement de soutenir la filière. Ceci, en l’inscrivant à une place de choix dans son Programme d’actions.

Au cours de la campagne 2016-2017, informe le directeur de cabinet, les achats ont porté sur une quantité de 81 784 tonnes d’amendes de karité contre 61 847 tonnes, au cours de celle de 2015-2016. Un peu plus tôt, c’est le secrétaire général de la préfecture de l’Alibori, Razack Bako qui s’est réjoui du choix porté sur Banikoara pour abriter la cérémonie. A sa suite, le maire Bio Sarako Tamou a indiqué que le karité est une filière à fortes potentialités dont sa commune déjà considérée comme le bassin cotonnier du Bénin, peut également se vanter. « Nous disposons de la plus grande réserve de karité au Bénin, avec la forêt de Kérémou dans l’arrondissement de Sorokou », a-t-il précisé.

L’heure était à la fête pour les différents acteurs de la filière. En témoigne la cérémonie riche en couleur qui a eu lieu. C’est par une visite des stands d’exposition des produits dérivés du karité que la cérémonie a pris fin.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4542 fois