L’Internationale des services publics (Isp) en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert organise, les 5 et 6 septembre à Cotonou, un atelier sur la justice fiscale. La finalité de cet atelier est de mettre en place au Bénin une plateforme qui rassemblera les syndicats et d’autres parties prenantes pour développer une campagne nationale contre les flux financiers illicites.

Le représentant-résident de la Fondation Friedrich Ebert au Bénin, Dr Rudolf Traub, déclare que l’Afrique n’est pas pauvre. C’est un continent qui, selon lui, est riche. Seulement que cette richesse, déplore-t-il, est pillée par plusieurs groupes d’intérêts, y compris les entreprises multinationales. Il a fait ces remarques, hier, à l’ouverture des travaux de l’atelier de deux jours sur la justice fiscale qui se tient depuis hier à Cotonou. Un atelier qui regroupe des syndicalistes, des représentants d’Organisations de la Société civile (Osc) et d’association qui travaillent sur la gouvernance économique.
Dans le cadre de son mandat, l’Internationale des services publics (Isp) pour l’Afrique s’engage à insuffler les règles mondiales en mettant la pression sur les Gouvernements nationaux. L’objectif étant de les amener à se doter de régimes fiscaux efficaces d’une part et à renforcer leur capacité financière à fournir des soins de santé publique, l’éducation, l’eau, l’énergie, la protection sociale, et le développement des infrastructures et bien d’autres services publics aux citoyens et aux travailleurs d’autre part.
Pour le coordonnateur de l’Isp, Daniel Oberko, c’est dans le cadre de cet engagement qu’un atelier a été organisé, l’année dernière, à l’intention des Osc sur les flux financiers illicites. Et, au terme de cet atelier de formation, les directives ont été définies. L’atelier en cours, dit-il, est la suite de celui de l’année dernière et consiste à partager les réflexions.
Dr Rudolf Traub, pour sa part, dénonce le fait que les multinationales et l’élite dans la société mettent de l’argent dans des comptes créés dans les paradis fiscaux. Selon le Global Financial Integrity (Gfi), le Bénin et d’autres pays francophones ont été mentionnés parmi les victimes de la question des flux financiers illicites. Mais le niveau de perte du pays pourrait permettre de financer l’éducation publique, les soins de santé et d’autres formes d’infrastructures sociales et publiques.
En organisant un atelier sur la justice fiscale, l’objectif est d’augmenter le niveau de sensibilisation et d’éducation sur les flux financiers illicites, au sein des syndicats et des Osc, d’éduquer les participants sur le rôle de la taxe/des impôts dans le développement et la justice sociale dans la création d’emplois et le financement de services publics, de mettre en place une plateforme de justice fiscale au Bénin.
Fier de la tenue de cet atelier, le directeur général adjoint des Impôts et des Domaines, Justin Agbikossi, dira que le rôle des impôts dans le développement d’un pays n’est plus à démontrer. Cet atelier, selon lui, est une occasion pour faire comprendre aux multinationales pourquoi il faut payer des impôts justes. Il a remercié l’Isp et la Fondation Friedrich Ebert de leur avoir donné cette occasion?

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 4660 fois