De la campagne cotonnière 2016-2017, certains producteurs de Banikoara, garderont de très mauvais souvenirs. Les fonds devant servir pour régler ce qui leur ait dû, ont été détournés par trois secrétaires des coopératives villageoises des producteurs de coton (CVPC) qui sont actuellement en fuite

Depuis quelques jours, une affaire agite le monde des producteurs de coton à Banikoara. C’est celle relative aux trois secrétaires de coopératives villageoises des producteurs de coton (CVPC) qui, après avoir détourné une partie des fonds coton qui sont destinés à régler certains parmi eux, ont tout simplement disparu de la circulation. Comme impayés, ils affichent 16 millions F CFA, 7 millions F CFA et 8 millions F CFA. Ils sont activement recherchés par la police.

Dans le rang des producteurs du bassin cotonnier béninois, c’est le désarroi. Ceux qui ont eu la chance de rentrer en possession de leurs dus, se réjouissent de l’avoir échappé belle. Quant aux autres, ils ne savent plus à quel saint se vouer.

En effet, ce sont les retombées des efforts fournis au cours de toute une campagne qui viennent ainsi d’être anéanties en un et deux tours de mains par quelques individus. Une situation que déplorent les responsables au plus haut niveau de la filière coton. Afin de la régler, plusieurs séances se sont déjà tenues au siège de l’Union communale des CVPC de Banikoara. Une certitude, c’est que l’Association interprofessionnelle du coton (AIC) a fini de solder tous les fonds coton dus aux producteurs de la commune.

 « L’AIC a déjà fini avec la dernière campagne. Elle ne doit plus de fonds coton à personne », a confirmé le président de la Fédération nationale des producteurs de coton du Bénin, Gani Badou Tamou. « Si je prends le cas de Banikoara, la dernière décade de paiement était à 5 milliards F CFA. Elle devrait servir pour payer tous les producteurs, au cours d’une seule journée », a-t-il poursuivi. Il se dit donc surpris par ce qui s’est passé. Il rassure que le problème a été déjà soumis à l’AIC. Selon lui, les trois individus en fuite répondront de leurs actes. « Ils seront surpris. En tout cas, toutes les dispositions sont prises pour pouvoir les retrouver et les sanctionner. S’il y a des producteurs d’autres localités qui sont également dans le cas, qu’ils sachent que l’AIC a déjà tout épongé », a averti le président de la fédération.

Par ailleurs, des cas de bradage d’intrants agricoles sont déjà signalés toujours à Banikoara, alors que la campagne n’a même pas véritablement démarré. Une nouvelle fois, ce sont les secrétaires des CVPC qui sont pointés du doigt. Aussi, le président Gani Badou Tamou a-t-il mis en garde tous ceux qui se feront surprendre. « A Kandi, il y en a déjà qui ont vendu une trentaine de tonnes d’engrais, des cartons d’herbicides et d’insecticides de l’AIC. Aussi bien le secrétaire de CVPC et son client seront sanctionnés avec la dernière rigueur », a-t-il menacé.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 4589 fois