Aider les talents en herbe et les artistes qui se révèlent dans les localités à la base à travers des sessions de renforcement de capacités. C’est le combat que mène, depuis quelques années, le promoteur culturel Gontran Mègnigbèto. Projet ambitieux, mais non moins fastidieux et surtout passionnant. A travers cette interview, il en dit quelques mots.

Vous êtes l’initiateur du projet Promotion artistique des rythmes et danses de la commune de Toffo. Pourquoi un tel projet ?

La détection, la formation et la promotion des talents artistiques sont indispensables à l’essor culturel et à l'économie de la culture. J'ai constaté que beaucoup d'artistes ne pensent pas à la formation, car ils estiment que le talent artistique est un don. En tant que promoteur culturel, je remarque que certaines personnes ont beaucoup de talents artistiques mais peinent à s'afficher et à s'affirmer faute de formation. Ainsi, ce projet est né pour redonner à la formation artistique toute son importance et relever la qualité des prestations dans le domaine des arts de la scène au Bénin.

En quoi cette série de formations diffère-t-elle des autres que vous aviez l'habitude d'initier ?

Il faut dire que c'est la première fois que ce projet conduit à la création de spectacle de théâtre, d'un ballet à thème ainsi que des prestations folkloriques qui valorisent trois rythmes du Bénin. Effectivement, depuis 2015, j'initie chaque année un projet de détection et de formation des acteurs culturels dans plusieurs disciplines artistiques à Toffo.  En 2015, nous étions à Cotonou avec 52 acteurs culturels, à Abomey-Calavi en 2016 puis à Toffo en 2017 et 2018. Ces formations qui se font par des professionnels, visent à renforcer les capacités de ces talents détectés. Aussi, visent-elles à les promouvoir aussi bien sur les plateformes locales, nationales et internationales. Ainsi, ce projet que je réalise avec l'appui du Fonds des arts et de la culture vient conforter cette idée de détection, formation, appui et promotion en faveur de 150 bénéficiaires venus de cinq groupes dont trois groupes de rythmes et danses locaux, un groupe de ballet et un groupe de théâtre.

Sur quelle base sélectionnez-vous les participants et les formateurs?

D'abord, il faut avoir du talent et aimer la chose artistique. Il faut ensuite appartenir à un groupe artistique ou non et ne pas être d'un projet de renforcement. Il faut aussi être disponible à suivre tout le processus, de la détection jusqu'à la promotion. Une fois ces critères réunis, l’équipe de sélection sillonne ces groupes et individus afin de voir leurs niveau et besoins. Et ce n'est qu'après cela que nous les choisissons définitivement, sur la base des disciplines retenues pour l’édition.
Cette année, nous avons retenu cinq groupes dont un groupe de ballet nommé les Super héros, un groupe de théâtre constitué de jeunes comédiens en herbe et trois groupes de rythmes et danses locaux dont le groupe Vissoh qui fait du Tchinkoumin Dongoudou, le groupe Enawagnon qui fait du Kãhoun et le groupe Alizé qui fait du Toba hanyé.
Nous recourons aux professionnels afin que le travail soit bien fait. Les encadreurs et les formateurs sont tous recrutés sur la base de compétences avérées dans chaque domaine.

Quelle est la finalité de tout ceci ?

À la fin, chaque groupe aura un support audiovisuel de sa création afin de s’en servir pour sa visibilité. Nous allons, dans la phase suivante, aider ces groupes dans la promotion de leurs productions à travers les espaces de diffusion aussi bien locaux, nationaux qu'internationaux. Nous attendons que les groupes soient performants et que les formateurs nous accompagnent dans la promotion.
Super héros et Vissoh ont été champions respectivement en ballet et rythmes et danses nationaux au Festival Révélation des talents artistiques de Toffo (Fertat) qui a eu lieu le 21 juillet dernier à Toffo, avec les spectacles créés dans le cadre de ce projet. C’est déjà très encourageant. A court terme, nous allons recevoir ces spectacles en programmation sur le Facto-Toffo. À moyen terme, nous allons voir la possibilité de les faire tourner sur le Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) et sur les festivals nationaux voire internationaux. À long terme, nous allons les accompagner pour la sortie de leur album.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 463 fois