Le grand gong qui annonce la 14e édition du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) a résonné, samedi 17 novembre au village du festival sur l’esplanade intérieure du stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou. Mais 48 heures plus tôt, le Fitheb avait déjà pris son envol.

Trois coups de gong et c’est parti pour la 14e édition de la grand’messe du théâtre africain. Le Bénin se veut une fois encore le carrefour des théâtres d’Afrique et du monde avec la présente édition qui, pour sa cérémonie inaugurale, a allié théâtre, chants, danses et vibrations. La baguette en main, entouré du directeur du festival Erick Hector Hounkpè et bien d’autres acteurs du théâtre, le ministre en charge de la Culture a exécuté le rituel qui consacre le lancement du festival sous les ovations du public. Mais 48 heures avant, le théâtre levait son rideau dans les autres villes à l’honneur : Lokossa, Abomey, Porto-Novo, Parakou et Natitingou. Des professionnels du domaine venus de la Belgique, d’Haïti, de la France, du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Niger, de Madagascar, de la Tunisie, du Burkina-Faso et d’autres pays sont appelés pour une série de représentations. 

On peut citer, entre autres, «Le chroniqueur du Pr», «Je suis Charlotte», «Yêkou ou le conte chez nous», «Mon père est un comique», «La tragédie du roi Césaire», «7 Milliards de voisins», «25 décembre», «Touch my body, don’t touch my body», «Chemins de fer», «Tache noire sur le cœur» et «La honte du prétexte ou une leçon de calcul», «Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ», «Palabres de cordonnier», «L’humanité plage», «L’écrivain public», «Qui es-tu, toi qui m’entraînes ?», etc. Le Fitheb 2018 est bien un rendez-vous des théâtres comme le souligne son directeur. Le théâtre ainsi que la danse, le rire, le fou-rire, le conte et l’humour conteront chaque public.
« Je voudrais dire ma joie de recevoir ici même, aux côtés des troupes béninoises, toutes les troupes venues de l’étranger, des pays frères et amis d’Afrique et aussi de l’Europe et d’ailleurs… Merci de venir célébrer le théâtre avec nous» dira le ministre de la Culture dans son adresse à l’ouverture. Le Fitheb, 14e édition, c’est aussi la traditionnelle table ronde pour réfléchir sur les enjeux du théâtre. Cette année, le thème retenu est intitulé « Théâtre et engagement civique et social pour un développement durable au Bénin, en Afrique et dans le monde ». 48 heures durant, experts et acteurs du théâtre ont mené de vifs échanges sur leur art. De quoi donner raison au ministre Oswald Homeky qui pense lui que « le Fitheb appartient désormais à l’univers mondial du théâtre et a cessé d’être béninois. Il est désormais pour tous les passionnés du théâtre du monde entier. Le Bénin mettra tout en œuvre pour offrir au monde un Fitheb qui grandit, promet-il. « Nous gardons les yeux rivés sur 2020, année où le Bénin célèbrera ses 60 ans d’indépendance, année où le Fitheb sera à sa 15e édition, année où nous espérons offrir à notre pays et au monde entier, un Fitheb encore plus intéressant, encore plus rayonnant et surtout mieux organisé », s’est engagé le ministre de la Culture.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3015 fois